Le quatrième numéro du magazine des entrepreneurs de CroissancePlus propose un dossier spécial sur la bataille des talents. Il met également à l’honneur des entrepreneurs passionnés et toujours plus de Success Stories !

Vous retrouvez enfin des propositions pour développer l’économie collaborative ainsi que les moments forts de l’association pendant ces dernières semaines.

Longtemps, la France des grands groupes et des grands corps a eu du mal à comprendre et à faire de la place aux entrepreneurs, aux start-up et même aux scale-up. Enfin les choses changent. Un grand mouvement monte et presque un Français sur trois aspire désormais à créer une entreprise. Les jeunes entreprises innovantes se multiplient.

Elles ont attiré en 2015 des investissements pour 1,8 milliard d’euros, un niveau sans précédent : les grands groupes sont désormais entourés d’un nuage de poissons pilotes. C’est un grand pas en avant, mais le problème de l’emploi reste entier avec, d’un côté, les « outsiders », qui vont de petits boulots précaires en CDD et, de l’autre, les diplômés qui deviennent de plus en plus difficiles à attirer et à motiver pour les entreprises. Ce retour du plein emploi pour les plus qualifiés explique, en grande partie, la guerre que se font les entreprises pour fidéliser les talents qui détermineront leur croissance future.

Le paradoxe, dans cette bataille des talents, est que l’État paupérise le marché en captant un nombre toujours plus important de diplômés. Il gâche ainsi la création de richesses que cette main d’œuvre qualifiée pourrait générer si elle était bien utilisée par le secteur privé. L’État est aussi responsable de la faillite du système scolaire, qui produit proportionnellement moins de diplômés que les autres pays européens et les États-Unis. C’est ainsi qu’à travers le prisme de la bataille des talents se dessinent tous les problèmes de notre pays.

Pour pallier le manque de réformes des trente dernières années, il ne suffit pas de reprendre le projet initial de Myriam El Khomri. Il convient de le mener plus loin : il est temps que la France passe de la start-up à la scale-up. Pour cela, il est urgent de tourner la page des 35 heures, revoir le Smic, aider l’économie collaborative à se généraliser et réformer l’école. Bref, laisser le travail créer le travail et, avant toute chose, libérer la croissance des entreprises

Retrouvez l’édito de Stanislas de Bentzmann, Président de CroissancePlus – LIRE

Cplus04-ALL-pap