Chez CroissancePlus, ce sont 350 entrepreneurs français qui créent des emplois et se développent en France et à l’international. Focus sur ces entrepreneurs et leurs secrets pour continuer à croître.

Sandra Boissonnade dirige Atlantiq, société de services qui propose aux entreprises d’améliorer leur trésorerie grâce au financement de leur Besoin en Fonds de Roulement (BFR) au travers de l’achat et de la revente de leurs stocks.

1. Quel est le service/produit innovant de votre entreprise ?

Nous proposons une alternative innovante au financement du Besoin en Fond de Roulement et au Reverse Factoring par l’achat des stocks des entreprises.

2. Votre fierté en tant qu’entrepreneur ?

Avoir réussi le fameux « pivotage » de l’entreprise en moins de deux ans après mon arrivée :  déménager, agrandir l’équipe, changer les process, les outils et la culture de l’entreprise, changer de partenaires, et même de typologie de clients !

3. Une erreur qui vous a fait grandir ?

Avoir perdu du temps sur la fonction commerciale en pensant que le sujet pouvait être confié à un spécialiste de la matière. Finalement, le dirigeant entrepreneur est bien le premier « commerçant » de l’entreprise, même s’il doit savoir se faire aider.

4. Votre idée de réforme pour faciliter la croissance des entreprises françaises ?

Favoriser plus d’échanges entre les Grands Groupes et les PME, pourquoi pas grâce à la mise à disposition d’experts fonctionnels, que les PME ne peuvent pas recruter et dont ils ont pourtant besoin. Les PME doivent externaliser beaucoup de sujets, parfois même stratégiques ce qui est onéreux et dommage intellectuellement comme stratégiquement. Le dirigeant de PME ne peut pas avoir toutes les cordes à son arc, mais il y est forcé.

Certes, il existe déjà des démarches de speed dating, mais je pense à des démarches plus pérennes. Un schéma qui pourrait être gagnant-gagnant, les grandes entreprises ayant également besoin d’être nourries de visions externes différentes et complémentaires des leurs.

Une deuxième ? Supprimer la taxe dite de Contribution Solidaire des Entreprises (C3S), dont l’assiette est le CA des entreprises, donc potentiellement sa croissance, mais qui ne tient pas compte du contexte, de la taille ou de la rentabilité des entreprises. Un non-sens pour moi !

5. Pourquoi avoir adhéré à CroissancePlus ?

Afin de rompre avec la solitude du dirigeant, gagner du temps avec les précieux conseils de pairs qui se posent les mêmes questions que soi-même.

S’inspirer et inspirer. La communauté de CroissancePlus, que j’ai rejointe est très active avec simplicité et bienveillance, encore mieux que ce que j’avais imaginé !

Et évidemment faire entendre notre voix, plus simple à 400 que tout seul !