« Réformer pour Réconcilier » : l’ambition de 350 entrepreneurs au service de la croissance et de l’emploi

« Réformer pour Réconcilier » : l’ambition de 350 entrepreneurs au service de la croissance et de l’emploi

Une nouvelle publication de CroissancePlus.

Deux ans après « L’Urgence de la Réforme » et un an après « Le Sens des Réformes », ensemble de propositions à destination du nouvel exécutif pour libérer la croissance des entreprises et favoriser la création d’emplois, CroissancePlus publie « Réformer pour Réconcilier ».

 

 

Si de nombreuses propositions des entrepreneurs de CroissancePlus ont trouvé un écho favorable dans le débat public, cette nouvelle publication insiste sur la nécessité de poursuivre l’élan de réformes engagé depuis deux ans, autour de deux ambitions :

  • Le travail, garant du pouvoir d’achat
  • Les entreprises, garantes de la vitalité des territoires

Formation, valorisation du travail, partage des fruits de la croissance, fiscalité de production, transmission, financement, commande publique : CroissancePlus envisage tous les leviers pour placer l’entreprise au cœur d’un nouveau « pacte », réconciliant les salariés, les entreprises et les territoires.

Ces propositions concrètes, issues de l’expérience des entrepreneurs, donneront aux entreprises les moyens de réussir et de grandir dans un écosystème dynamique.

Jean-Baptiste Danet, Président de CroissancePlus : « Cette publication clôt trois années riches et intenses pendant lesquelles j’ai eu à cœur de représenter les entrepreneurs de CroissancePlus dans le débat public. Je sais que Thibaut Bechetoille, dirigeant d’OZON (solution de cybersécurité tout-en-un conçue pour les PME), qui me succède à partir de juillet continuera à porter haut nos valeurs et notre vision pour poursuivre les réformes indispensables à la réussite de nos entreprises sur l’ensemble du territoire. »

Retrouvez l’intégralité du communiqué de presse en cliquant ici. 

Thibaut Bechetoille est élu Président de CroissancePlus !

Thibaut Bechetoille est élu Président de CroissancePlus !

Le comité directeur de CroissancePlus vient d’élire son nouveau président, Thibaut Bechetoille, dirigeant d’Ozon. Il succède à Jean-Baptiste Danet, co-président de L’ambassade, Président de CroissancePlus depuis 3 ans.

 

Thibaut Bechetoille est aujourd’hui dirigeant d’Ozon, solution de cybersécurité tout-en-un conçue pour les PME. Thibaut est entrepreneur depuis 20 ans après une première partie de carrière comme ingénieur, product manager, puis directeur de filiale dans le secteur High Tech dans des sociétés américaines, 3Com et Bay Networks. En 2000, il crée MAIAAH ! opérateur de réseau IP. Puis en 2005, il reprend Qosmos qu’il cède en 2018 après avoir positionné la société comme leader sur le marché international du middleware de Network Intelligence.

Thibaut Bechetoille est membre de CroissancePlus depuis 2008 et impliqué au sein du Codir de CroissancePlus depuis 2013. Il est également engagé au sein de Réseau Entreprendre pour accompagner des projets entrepreneuriaux.

Thibaut Bechetoille : « Je souhaite consacrer une partie de mon temps, de mon énergie et de mon expérience à CroissancePlus pour soutenir la croissance de nos entreprises qui doivent devenir les ETI de demain. Convaincu du rôle accru de l’entreprise dans le monde du XXIe siècle et de la responsabilité particulière – environnementale, sociale et sociétale – de l’entrepreneur de croissance, notre association doit conserver la place qui lui revient dans le débat public et jouer un rôle d’éclaireur sur tous les sujets qui concernent l’évolution de la société et de l’entreprise de demain. »

 Jean-Baptiste Danet restera actif au sein de CroissancePlus et siégera au Comité Fondateur de l’association.

Jean-Baptiste Danet : « Pendant trois ans, en tant que Président, j’ai porté avec enthousiasme, les combats de CroissancePlus en militant pour de nouveaux équilibres autour de l’idée de responsabilité et de réconciliation, pour privilégier le risque à la rente, encourager le partage de la valeur et libérer l’entreprise de contraintes inutiles qui représentent un frein à la croissance. Beaucoup de nos propositions ont trouvé un écho favorable mais il reste encore beaucoup à réaliser ! Je sais que Thibaut Bechetoille continuera à porter haut nos valeurs et notre vision pour poursuivre les réformes et que nos entreprises soient à la hauteur de notre ambition de réussite ! »

A propos du comité directeur de CroissancePlus :

Le comité directeur est composé de 14 entrepreneurs de croissance, membres de l’association, de 3 représentants des partenaires et d’un représentant des membres associés.

Il a pour mission de définir la stratégie et les objectifs de CroissancePlus.

 

Composition du Comité directeur de CroissancePlus 2019-2021 :

  • Collège Entrepreneurs

Monsieur Jean-Marc Barki, Sealock

Monsieur Geoffroy de Becdelièvre, 99Digital

Monsieur Thibaut Bechetoille, Ozon 

Monsieur François Bergerault, l’Atelier des Chefs

Monsieur Thierry Delahaye, My Connecting

Monsieur Christophe Fornes, Memobox

Madame Chrystèle Gimaret, Artupox

Monsieur Nicolas d’Hueppe, Groupe Alchimie

Monsieur Jean-Rémi Kouchakji, Payintech

Madame Evelyne Platnic Cohen, Booster Academy

Madame Areeba Rehman, Fretbay

Monsieur Guillaume Richard, Groupe Ouicare

Madame Hélène Saint-Loubert, Grenade & Sparks

Madame Caroline Zeiger, My Home Connexion

 

  • Collège Partenaires

Monsieur François Bloch, KPMG

Monsieur Alain Breffeil, BNP Paribas

Madame Sophie de Nadaillac, Lazard Frères Gestion

 

  • Représentant des membres associés

Monsieur Côme Morgain, Sevenstones

 

Le Trésorier :  Jean-François Royer, EY

Le Secrétaire général : Laurent Vronski, Ervor

 

Retrouvez le communiqué de presse.

Encourageons le partage des fruits de la croissance !

Encourageons le partage des fruits de la croissance !

CroissancePlus s’associe à la Conférence sur le partage de la valeur entre l’entreprise et les salariés, organisée le 11 juin par Thibault Lanxade et François Perret, nommés par le Gouvernement Ambassadeurs à l’intéressement et à la participation.

 

Parce que les entreprises ne sauraient créer de la richesse sans l’implication et l’engagement au quotidien de leurs salariés, CroissancePlus porte comme valeur fondatrice le partage équitable des fruits de la croissance.

Avec son guide pour encourager les entrepreneurs à « Partager les fruits de la croissance pour grandir ensemble », publié en février dernier, CroissancePlus donne les clés de compréhension des quatre principaux dispositifs : participation, intéressement, BSPCE, actions gratuites.

Le cadre fiscal et juridique a évolué favorablement ces dernières années, notamment avec la loi PACTE, mais d’autres freins doivent être identifiés et levés.

Les entrepreneurs de CroissancePlus proposent ainsi de mettre en place la dégressivité du forfait social sur l’intéressement pour toutes les entreprises, au-delà de 250 salariés, ou, à défaut, de supprimer le forfait social sur les sommes versées en plus par rapport à celles versées l’année précédente.

Il est également indispensable de simplifier le dépôt des accords en homogénéisant et en standardisant le traitement des dossiers par les DIRECCTE pour traiter toutes les entreprises de manière homogène quel que soit le département.

Enfin, dans un monde économique qui change de plus en plus vite, les entreprises de croissance ont rarement une visibilité à 3 ans et craignent d’être engagées avec une formule sans pouvoir l’adapter en cas de besoin. En prévoyant un engagement d’un an avec tacite reconduction, les entreprises pourraient changer la formule si celle-ci se révélait inadaptée.

Pour Jean-Baptiste Danet, Président de CroissancePlus : « Le partage des fruits de la croissance est dans l’ADN de notre association. Outil pour fidéliser les collaborateurs et attirer les talents, il répond également aux préoccupations sociétales sur le rôle de l’entreprise et aux préoccupations sociales sur le pouvoir d’achat des salariés. Il est plus que jamais urgent de l’encourager. »

Téléchargez le communiqué de presse.

Le METI et CroissancePlus dévoilent 15 propositions  pour dynamiser l’économie européenne

Le METI et CroissancePlus dévoilent 15 propositions pour dynamiser l’économie européenne

Pour une Europe de croissance au service de ses entreprises et de ses territoires.

A l’approche des élections européennes du 26 mai, le METI et CroissancePlus formulent 15 propositions pour dynamiser l’économie européenne et favoriser une croissance de long terme, conciliant objectifs économiques, sociaux et environnementaux.

Le METI et CroissancePlus ont la conviction que la création durable d’emplois, la cohésion économique et sociale des régions et des territoires européens, et la capacité pour l’Europe à rester dans la course industrielle et technologique mondiale reposent largement sur les ETI et les PME de croissance.

Ces 14 millions d’entreprises, qui pèsent aujourd’hui 60 millions de salariés du secteur privé, forment l’ossature industrielle européenne. Elles portent la croissance sur le marché intérieur, et font de l’Europe une puissance exportatrice. Elles incarnent un capitalisme de long terme, fidèle à l’Europe, et soucieux des territoires et des salariés.

Lors de la prochaine mandature, du Parlement comme de la Commission, l’Union européenne doit plus que jamais miser sur le développement de ces entreprises stratégiques. Il en va de la prospérité de l’Europe et de l’avenir du projet européen.

C’est l’objectif de ce document programmatique adressé aux candidats aux élections européennes, aux fonctionnaires de la Commission européenne ainsi qu’aux fédérations professionnelles européennes.

« Pour les dirigeants d’ETI et de PME de croissance françaises, l’Europe n’est pas une idée abstraite, c’est une réalité quotidienne qui permet à nos entreprises de se développer sur un vaste marché et de créer de l’emploi. C’est la raison pour laquelle nous souhaitons que le grand rendez-vous des élections contribue à mettre les enjeux économiques au centre du débat européen. Les décisions des parlementaires européens et des membres de la Commission seront déterminantes pour l’avenir de nos entreprises, mais aussi de tous les citoyens français et européens », déclarent Philippe d’Ornano et Frédéric Coirier, co-présidents du METI.

« Face à une concurrence mondiale exacerbée, il est vital que les autorités favorisent les entreprises, notamment les PME de croissance et ETI – ces champions des territoires, au cœur de notre économie – pour leur donner les moyens de poursuivre leur développement, de garantir leur compétitivité et de contribuer à la prospérité économique de l’Europe », déclare Jean-Baptiste Danet, président de CroissancePlus.

 

 

Les 5 piliers des propositions du METI et de CroissancePlus :

  1. Valoriser la contribution des PME de croissance et des ETI à la prospérité économique européenne

La contribution des ETI et PME de croissance à l’économie européenne sera d’autant plus substantielle qu’elle fera l’objet d’une appréhension précise et de mesures ciblées. Le METI et CroissancePlus proposent la création d’une catégorie statistique ETI à l’échelle européenne, telle qu’elle existe en France, pour mieux évaluer la contribution et les problématiques spécifiques de ces entreprises et veiller à la mise en œuvre de mesures économiques pertinentes, préservant des effets de seuil et ne nuisant pas à leur croissance.

  1. Soutenir la conquête internationale des ETI et des PME de croissance

Les ETI et PME de croissance incarnent un potentiel économique considérable tout en promouvant un modèle européen de capitalisme de long terme, respectueux des hommes et de l’environnement. A ce titre, il faut encourager leur développement international : en créant pour elles des conditions de concurrence équitables dans l’économie mondiale, en défendant leurs intérêts aux niveaux communautaire et extraterritorial, en orientant davantage vers elles le nouveau Fonds Européen pour les Investissements Stratégiques. L’objectif est de permettre l’éclosion de nouveaux champions européens de taille mondiale.

  1. Adapter l’environnement réglementaire, fiscal et financier pour porter la croissance de long terme

Les ETI et PME de croissance ont besoin d’un environnement réglementaire, fiscal et financier sain et stable pour inscrire leur développement sur le long terme. Cela suppose par exemple l’adoption de mesures favorables à la transmission d’entreprises, homogénéisée selon les meilleurs standards européens ; le renforcement de l’union économique, monétaire et bancaire, pour mieux protéger les entreprises de futures crises économiques et leur garantir l’accès à un meilleur crédit ; l’assurance d’un environnement budgétaire et fiscal robuste, autour du Pacte de stabilité et de croissance et du Pacte budgétaire, pour accélérer la convergence fiscale et économique entre états membres, et en particulier l’harmonisation des taxes de production au sein de l’UE.

  1. Favoriser le développement du capital humain en Europe

A l’heure où les ETI et PME de croissance sont confrontées à une pénurie de main d’œuvre qui entrave leur développement et où la concurrence internationale par les coûts est plus forte que jamais, l’Union européenne doit miser sur son capital humain. L’UE doit amplifier le développement de l’apprentissage et de la formation professionnelle au niveau européen, en créant un véritable « Erasmus Pro » et en garantissant la reconnaissance des compétences professionnelles entre Etats membres. Elle doit fluidifier la mobilité des travailleurs et entrepreneurs en consolidant leur libre circulation en Europe. Enfin, elle doit soutenir un modèle entrepreneurial européen qui associe les salariés aux fruits de la croissance et encourage l’esprit entrepreneurial sur le continent.

  1. Placer le numérique et l’innovation de rupture au cœur des projets européens

Défis prioritaires pour le développement des ETI et des PME de croissance, comme pour l’avenir de l’économie européenne dans son ensemble, la révolution numérique et les innovations de rupture doivent être placées au cœur des projets politiques et juridique de l’UE. Cela passe par la création d’un Fonds Stratégique Européen spécifiquement dédié aux innovations de rupture sur le modèle de la « DARPA » américaine ; la mise en place d’un véritable marché unique du numérique garantissant un environnement concurrentiel équilibré pour les entreprises européennes ; et l’encouragement des investissements en R&D et formation dans ces secteurs, notamment en matière de cyber-sécurité et d’intelligence artificielle.

L’Europe : une chance pour la France, ses entreprises et ses salariés

Avec 512 millions d’habitants, l’Union européenne représente près de 7 % de la population mondiale et un PIB de 15 869 milliards d’euros (2018). En établissant un « marché unique » à dimension continentale, l’Union européenne a offert à ses entreprises et à ses salariés un espace d’échanges et de développement sans équivalent dans le monde.

Pour la France, l’UE représente la majeure partie de ses échanges commerciaux : 59 % des exportations et 58 % des importations, ce qui génère environ 3,2 millions d’emplois.

Retrouvez le communiqué de presse en version PDF

 

Contact presse CroissancePlus :

Isabelle d’Halluin Communication : idh@isabelledhalluin.com / +33 (0) 6 03 00 88 48

L’entreprise doit s’inscrire dans le « pacte territorial » annoncé par le Président de la République

L’entreprise doit s’inscrire dans le « pacte territorial » annoncé par le Président de la République

CroissancePlus retient du discours du Président de la République qu’il souhaite donner de nouvelles ambitions et une nouvelle orientation aux politiques publiques, notamment avec un « pacte territorial » qui propose une décentralisation adaptée aux spécificités des territoires.

Parce que nous considérons que l’entreprise est le moteur de la vitalité et de l’attractivité des territoires, CroissancePlus a fait de nombreuses propositions qui répondent de manière pragmatique aux enjeux exprimés pour placer l’entreprise au cœur des politiques économiques régionales.

Ces deux dernières années, le Gouvernement a engagé des réformes ambitieuses, notamment celle de l’apprentissage et de la formation professionnelle, et a encouragé le partage des fruits de la croissance qui est une valeur fondamentale pour les entrepreneurs de CroissancePlus.

Il faut poursuivre ces démarches par d’autres réformes structurelles au bénéfice du plein emploi, accompagner les personnes les plus éloignées du marché de l’emploi, lutter contre la précarité en favorisant l’employabilité et revaloriser le travail.

Dans ce cadre nous attendons des propositions concrètes :

  • déplacer les taxes de production (CVAE, CFE) après les bénéfices ;
  • alléger les coûts de transmission d’une entreprise pour ne pas déstabiliser les écosystèmes locaux ;
  • redonner à la commande publique son rôle de soutien aux PME;
  • accompagner la mobilité des demandeurs d’emploi.

CroissancePlus se tient à la disposition du Gouvernement pour que l’entreprise soit au cœur du projet de mobilisation pour le travail et l’emploi.

Pour Jean-Baptiste Danet, Président de CroissancePlus :  » Nous saluons la volonté du Président d’une responsabilisation de l’action publique et de la construction d’un « pacte territorial ». Pour autant, notre pays ne trouvera un dynamisme économique qui profite à tous sur l’ensemble des territoires que si l’entreprise est au centre de cette ambition, sans renoncement à la réduction de nos déficits. Seules les réformes structurelles que nous attendons lui donneront les moyens de réussir à créer le cercle vertueux de la croissance, de l’emploi et du pouvoir d’achat. »

Contact médias  : Isabelle d’Halluin Communication 06 03 00 88 48 / idh@isabelledhalluin.com

Direction des Affaires publiques : 01 56 88 56 20

Retrouvez le communiqué de presse en PDF

 

 

CroissancePlus publie un guide sur « La Tokénisation de l’Économie »

CroissancePlus publie un guide sur « La Tokénisation de l’Économie »

A l’initiative de sa commission Financement, CroissancePlus publie un nouveau guide sur « La tokénisation de l’économie » ou comment bousculer les modèles économiques avec des financements innovants.

 

 

Derrière la technologie Blockchain, de nouveaux moyens de financement émergent grâce à l’émission de token. Il est essentiel que les entrepreneurs en saisissent les enjeux pour pouvoir les intégrer dans leurs projets. Le cadre réglementaire doit également être attractif pour que la France ne soit pas en retard par rapport à ses voisins européens.

Cette publication, qui se veut pédagogique, pose le contexte théorique et juridique grâce à l’expertise de ses adhérents et de son partenaire Deloitte. Les utilisations concrètes sont illustrées par de nouveaux business models dans divers secteurs d’activité.

Comme toujours, CroissancePlus souhaite donner aux entrepreneurs les clés de compréhension sur des sujets innovants et d’avenir pour accompagner leur croissance.

Retrouvez le communiqué de presse.