Baromètre OpinionWay pour CroissancePlus et Astorg

Baromètre OpinionWay pour CroissancePlus et Astorg

opinionway-entrepreneur-astorg
OpinionWay a réalisé entre le 31 janvier et le 27 février, une enquête qui montre que malgré l’actualité des dernières semaines, François Fillon garde une large confiance auprès des entrepreneurs de croissance, avec 49% d’intention de vote dès le premier tour. Emmanuel Macron rassemblerait pour sa part 34% des suffrages. Ce dernier serait battu par le candidat Les Républicains à 55% contre 45% au second tour.

Cependant la plupart des entrepreneurs estime qu’aucun candidat ne sera vraiment en mesure de simplifier la vie de l’entreprise ou d’améliorer la compétitivité de l’économie française selon l’étude réalisée par OpinionWay. 36% d’entre eux ne se retrouvent d’ailleurs pas dans l’offre politique actuelle.

CroissancePlus alerte les prétendants à l’élection présidentielle et les leaders d’opinion, et leur demande de faire preuve de responsabilité. Le manque de confiance progresse chez les entrepreneurs et le désintérêt pour ce scrutin crucial est de plus en plus élevé. Les défis internationaux se multiplient, la croissance demeure en berne, le chômage touche des millions de français et l’endettement de notre pays représente près d’une année de richesse produite. En raison de l’importance des enjeux actuels, l’heure doit être au débat de fond, au réalisme et non au feuilleton.

Selon Jean-Baptiste Danet, Président de CroissancePlus, « les entrepreneurs regardent les échéances électorales avec beaucoup d’inquiétude et de frustration. L’élection présidentielle n’est pas une série télévisée, mais un moment grave. Il est maintenant nécessaire de parler d’économie et de réforme. L’urgence est absolue »

Pour les entrepreneurs, les réformes pour relancer la croissance et la confiance dans l’entreprise sont nombreuses et urgentes :

  • 96% sont pour la réduction des charges sociales salariales,
  • 86% pour le plafonnement des indemnités prud’hommales pour éviter les coûts exorbitants pour les entreprises,
  • 80% des entrepreneurs interrogés souhaitent que le CDI intègre des motifs de rupture précausée,
  • 85% sont en faveur d’une baisse massive de l’IS à 20% en supprimant la plupart des niches fiscales (hors CIR),
  • 81% des entrepreneurs pensent qu’il est également important de garder notre souveraineté sur les datas produites en France, en obligeant les entreprises à localiser les serveurs en France.

Certaines de ces mesures, plébiscitées par les entrepreneurs et proposées par CroissancePlus se retrouvent dans les programmes économiques de François Fillon et d’Emmanuel Macron, qui sont jugés par les entrepreneurs de croissance comme les plus à mêmes pour :

  • Améliorer la compétitivité des entreprises : François Fillon 32% / Emmanuel Macron 26 %.
  • Relancer la croissance : François Fillon 35% / Emmanuel Macron 20 %.
  • Créer des emplois : François Fillon 30% / Emmanuel Macron 23 %.
  • Réduire l’endettement de la France : François Fillon 42% / Emmanuel Macron 14 %.
  • Alléger la dépense publique : François Fillon 42% / Emmanuel Macron 13 %.
  • Simplifier la vie des entreprises : François Fillon 30% / Emmanuel Macron 24 %.

Selon Thierry Timsit, Managing Partner d’Astorg: “Les entrepreneurs ont une attente forte de réformes structurelles même s’ils doutent de la capacités des candidats à les réaliser ».

Le sondage OpinionWay pour CroissancePlus et Astorg a été réalisée entre le 31 janvier au 27 février 2017, sur un échantillon représentatif de 401 entreprises de croissance, membres de CroissancePlus ou réalisant un chiffre d’affaire de 2 millions d’euros en n-1 et 10% de croissance sur les deux dernières années.

Retrouvez l’intégralité des résultats ici.

Retrouvez notre baromètre dans la presse ici et ici.

Baromètre : Entrepreneurs recherchent Président réformateur désespérément

Baromètre : Entrepreneurs recherchent Président réformateur désespérément

Réalisée par OpinionWay auprès d’un panel de dirigeants d’entreprises, la 15ème édition du Baromètre des scale-up (entreprises de croissance) fait ressortir plusieurs tendances : des perspectives microéconomiques encourageantes mais qui ne sont pas très optimistes sur la reprise de la croissance dans le monde et plus particulièrement en France. Voir Baromètre directement

Dans la perspective des prochaines élections présidentielles, nous avons demandé à nos entrepreneurs de se prononcer sur la personnalité qui, selon eux, serait le meilleur candidat à gauche et à droite. A gauche, Emmanuel Macron arrive en tête, avec 43% d’opinions favorables exprimées, loin devant Manuel Valls (10%) et François Hollande (2%). A droite, Alain Juppé arrive en tête (25%), suivi par François Fillon (14%) qui remonte, puis Bruno Le Maire (10%). On note un fort « décrochage » de Nicolas Sarkozy qui lui arrive en 4ème position (9%), et perd ainsi sa place de principal concurrent d’Alain Juppé, au profit de François Fillon.

Stanislas de Bentzmann, Président de CroissancePlus : « Pour la première fois, il y a un retour à des chiffres plutôt positifs sur les perspectives d’investissement et d’embauches – ce sont des chiffres qu’on n’avait pas vu depuis 2009. Les entrepreneurs seront particulièrement attentifs aux propositions de réformes économiques formulées par les futurs candidats. Leur confiance dans la politique du gouvernement se redresse lentement et reste très faible. »
Malgré ces dernières années économiquement peu favorables, les entrepreneurs ont des perspectives de croissance encourageantes pour 2016. Pour les 6 prochains mois, ils prévoient une activité en hausse (49%), dépassant les prévisions de stabilité (40%), ce qui n’était pas arrivé depuis 4 ans.

Les perspectives d’embauches donnent également des signaux positifs, avec des entreprises qui ont massivement augmenté leurs effectifs (40%) et 35% des entrepreneurs qui souhaitent recruter pendant l’année à venir. Les mesures jugées les plus incitatives à la création d’emploi sont l’allègement de la fiscalité (85%), la simplification du code du travail (81%) et la baisse du coût du travail (80%).

Thierry Timsit, Managing Partner d’Astorg Partners : « Les scale-up cherchent également à élargir leurs horizons : 1/3 d’entre-elles souhaitent s’implanter à l’étranger, principalement dans l’Union européenne. De plus en plus d’entrepreneurs interrogés voient l’internationalisation comme un levier de croissance incontournable, ce qui est très positif. »

Les entrepreneurs de croissance ont davantage confiance en leur propre entreprise qu’en l’économie française, européenne ou mondiale. La confiance en l’économie mondiale s’érode même fortement, perdant 8 points par rapport à son niveau précédent. Globalement, les entrepreneurs ont peu confiance dans la capacité du Gouvernement à les soutenir, même si une part croissante d’entre eux considère néanmoins qu’il peut contribuer à favoriser l’innovation (35%).

En conclusion, les entrepreneurs veulent croire à la reprise, même si elle reste encore incertaine pour beaucoup.

Retrouvez le baromètre en suivant ce lien 

Voir CP  en version PDF

Baromètre CroissancePlus / Astorg Partners : résultats de cette 16ème édition

Baromètre CroissancePlus / Astorg Partners : résultats de cette 16ème édition

Depuis juillet 2009, le baromètre Astorg Partners réalise auprès de dirigeants d’entreprises constitue un outil indispensable mesurant l’évolution des grands indicateurs des entreprises de croissance concernant leurs activités, leurs investissements, le recrutement, les financements et le niveau de confiance.

baromètre Astorg Partners

Il permet également d’alimenter le dialogue avec le Gouvernement et le Parlement sur la conjoncture économique et les réformes à engager. Depuis la 1ère édition, notre partenaire Astorg Partners, nous accompagne dans cette démarche.  Les résultats de cette 16e édition font ressortir deux tendances :

– Le retour de la défiance: érosion des investissements et R&D

– Une baisse de moral des entrepreneurs / impact sur les intentions de vote à l’élection présidentiell

Découvrez l’ensemble des Résultats de la 16ème édition

 

LOGOOOOOO

Capturesz

Les médias en parlent

les echos

11/07/16 :  Lire l’article paru dans Les Echo

Figaro eco

.

– Les résultats du baromètre Cplus/Astorg Partners/Opinion Way démontrent que « Les entrepreneurs attendent plus de la loi Macron et du gouvernement Valls »- Lire

– L’un des enseignements du baromètre : « Les PME de croissance à l’affût de financements » – Lire

Résultats de la 13ème édition du Baromètre CroissancePlus / Astorg Partners des entreprises de croissance

Résultats de la 13ème édition du Baromètre CroissancePlus / Astorg Partners des entreprises de croissance

Capture

Malgré un environnement très difficile, les entrepreneurs veulent aller de l’avant. La 13ème édition du baromètre semestriel CroissancePlus / Astorg Partners réalisé par OpinionWay fait ressortir 2 tendances :

  • une confiance très faible dans l’économie française et européenne
  • une volonté de se développer malgré tout pour les entrepreneurs.

Seuls 18% des dirigeants d’entreprise se disent confiants dans les perspectives de l’économie française. Un niveau en recul de 4 points par rapport à juin 2014. Leur pessimisme s’étend désormais à l’économie européenne, avec seulement 37% d’avis positifs.

La chute de confiance face à l’économie mondiale est un signal inquiétant car les entrepreneurs ont besoin d’une vision globale solide pour développer leur business. La #crisedeconfiance plane donc toujours sur l’écosystème entrepreneurial.

Néanmoins, les entrepreneurs voient très positivement la prise de conscience du gouvernement sur l’importance de favoriser l’actionnariat salarié dans les entreprises. Le projet de loi dit « Macron » pour la croissance et l’activité propose des avancées sur le développement des BSPCE même si les entrepreneurs ont des attentes complémentaires.

En effet, pour 90% d’entre eux, favoriser les dispositifs de partage des fruits de la croissance permettrait de renforcer l’implication des collaborateurs et les liens avec les dirigeants mais aussi d’attirer des talents (pour 84%).

 S’ils distribuent quelques bons points, seuls 17% d’entre eux font confiance au gouvernement pour améliorer la compétitivité des entreprises françaises. Ils ne sont guère plus confiants sur sa capacité à simplifier la vie des entreprises (16%), alléger la dépense publique (11%) ou créer des emplois (11%).

 Comme dans tous les baromètres précédents, un effort est demandé au gouvernement: l’engagement d’une réforme d’envergure du marché du travail. Les entrepreneurs sont près de 80% à penser que plus de flexibilité et de simplification déverrouilleraient les recrutements dans les entreprises.

Pour que leurs sociétés soient plus compétitives, les entrepreneurs réclament un contrat de travail unique aux droits progressifs (69%), une suppression des effets de seuil (67%), un remplacement des aides à l’export par un crédit d’impôt à l’export (63%) ou encore une réduction des délais de paiement à 30 jours (contre 60 jours fixés par la loi et 72 jours en réalité).

«Cela ne coûte rien à l’État et ferait un bien énorme à l’économie française car on aurait un afflux de cash dans la trésorerie des PME, qui serait mieux utilisé pour embaucher et se développer que dans la trésorerie pléthorique des très grands groupes», conclut Stanilas de Bentzmann, le président de Croissance Plus. En revanche, surprise: les entrepreneurs ne sont plus que 37% à demander un retour aux 39 heures, contre 56% il y a six mois.

Le Gouvernement doit donc donner un net coup d’accélérateur pour libérer la croissance. En effet, les entrepreneurs ont maintenu leurs effectifs mais leurs perspectives d’embauches pour 2015 restent faibles. Seuls 28% envisagent de recruter… Même constat pour les perspectives d’investissements qui sont stables mais à un niveau très bas (augmentation envisagée pour moins de 3 entreprises sur 10)

 Malgré tout Stanislas de Bentzmann témoigne du volontarisme des entrepreneurs et de leur volonté d’aller de l’avant: « Malgré un environnement économique très difficile, le volontarisme des entrepreneurs de croissance est fort pour participer à la relance de l’économie française. Ils veulent y croire et attendent du gouvernement des décisions qui iront dans le même sens ».

Ce baromètre réalisé auprès de dirigeants d’entreprises constitue un outil indispensable mesurant l’évolution des grands indicateurs des entreprises de croissance concernant leurs activités, leurs investissements, le recrutement, les financements et leur niveau de confiance.

Il permet également d’alimenter le dialogue avec le Gouvernement et le Parlement sur la conjoncture économique et les réformes à engager.

Depuis la 1ère édition, notre partenaire Astorg Partners, nous accompagne dans cette démarche.

Voir le Baromètre en détails

Faites le partager à votre réseau : Retweetez nous !

Presse

 

Capture

 

 

06/02/2015 Nicolas Bigot, dirigeant de l’entreprise Les Fleurs de Nicolas est positif pour 2015 : « Même si les fleurs ne sont pas un produit de première nécessité, nous avons des perspectives de croissance. Nous prévoyons d’investir dans de nouveaux locaux, des machines et du matériel informatique en 2015 ».  

madd 

 

29/01/15 Citation du 13ème baromètre des entreprises de Croissance avec Astorg Partners – Lire

 – Good Morning Business –  Intw de Stanislas de Bentzmann, président de C+, sur le baromètre C+/Astorg Partners – Lire

 : Reprise du communiqué de presse sur le baromètre : les entrepreneurs de croissance veulent aller de l’avant » – Lire

Résultats de la 12ème édition du Baromètre CroissancePlus / Astorg Partners

Résultats de la 12ème édition du Baromètre CroissancePlus / Astorg Partners

Réalisée par OpinionWay auprès de dirigeants d’entreprises de croissance, la 12ème édition du baromètre CroissancePlus / Astorg Partners montre une nouvelle perte de confiance des entrepreneurs en l’économie française avec des marges, des créations d’emplois et des investissements en stagnation.

75% des entrepreneurs interrogés sont inquiets de la tournure que prend la politique économique et sociale française, alors que la confiance en l’économie mondiale est bonne et que 79% d’entre eux restent optimistes sur l’activité de leur entreprise.

Le Président de la République et le gouvernement ont annoncé des mesures bénéfiques aux entreprises mais qui tardent à se mettre en œuvre. En parallèle, ils ont envoyé un message contradictoire en prenant des mesures de complexité qui vont freiner le développement des entreprises et entrainer des chutes de marges.

Stanislas de Bentzmann, Président de CroissancePlus : « Les résultats de ce nouveau baromètre montrent un changement de tendance et une perte de confiance dans la politique économique du
gouvernement, inquiétant dans ce contexte extrêmement difficile pour les entreprises ».

Thierry Timsit, Directeur général délégué d’Astorg Partners témoigne : « L’inertie dans la mise en œuvre d’une politique de l’offre érode la confiance et vide le système de son énergie : la machine est en roue libre ».

L’économie française génère un manque de confiance. Cette tendance peut être inversée si, à l’avenir, les décideurs politiques tiennent davantage compte des réalités suivantes :

  • Le taux de marges des entreprises de croissance est en baisse pour plus d’1 entreprise sur 3. Pour les 6 prochains mois, seulement 3 entrepreneurs sur 10 comptent faire des investissements. Ces chiffres sont inquiétants car ils montrent une réelle frilosité dans les projets.
  • La situation de l’emploi en France risque de ne pas s’améliorer dans les prochains mois car 70% des entreprises de croissance ont décidé de stabiliser leurs effectifs. En parallèle, les hausses de rémunération se raréfient. CroissancePlus ne peut que pousser son combat historique : mettre en place des dispositifs de partage de la croissance, justes et fiscalisés équitablement, pour motiver et investir les collaborateurs dans le développement de leur entreprise.
  • Dans un monde en mutation, les entreprises doivent pouvoir être agiles pour grandir et pour relancer la croissance et l’emploi. Les entrepreneurs insistent sur la nécessité d’engager des réformes puissantes :

Près des 2/3 demandent un droit du travail plus simple à appliquer. Ils en appellent également aux pouvoirs publics pour baisser drastiquement les dépenses publiques ainsi que la fiscalité pesant sur les entreprises.

Près de 70% des entrepreneurs veulent une réforme du temps de travail en passant par l’annualisation.

65% demandent la suppression des effets de seuil et la création d’un contrat unique, toujours dans un objectif de simplification.