Contribution au Grand Débat National : CroissancePlus propose 19 mesures pour la croissance des entreprises et la redynamisation des territoires

Contribution au Grand Débat National : CroissancePlus propose 19 mesures pour la croissance des entreprises et la redynamisation des territoires

CroissancePlus a souhaité contribuer au grand débat national en organisant des réunions à Paris et dans les territoires.

Issues des problématiques quotidiennes des entrepreneurs, les propositions de CroissancePlus répondent de manière pragmatique aux enjeux actuels : recrutement, formation, fiscalité, transmission, rationalisation des dépenses publiques, meilleure lisibilité de l’action publique.

78% des français ont confiance dans leurs PME, l’entreprise est donc le lieu privilégié de la réconciliation ! Partage des fruits de la croissance, formation, accompagnement des personnes les plus éloignées du marché de l’emploi, lutte contre la précarité en favorisant l’employabilité : donnons aux entreprises les moyens de participer à notre modèle social.

Ces mesures doivent être accompagnées d’une responsabilisation de l’action publique, ce qui suppose de baisser les dépenses en rationalisant les structures publiques et leurs missions. La lisibilité et la crédibilité de l’action publique permettront alors de restaurer la confiance des citoyens.

Pour Jean-Baptiste Danet, Président de CroissancePlus : « Le grand débat national doit donner une place aux idées issues du terrain, pour que notre pays retrouve un dynamisme économique qui profite à tous sur l’ensemble des territoires.  Les entrepreneurs de CroissancePlus considèrent que l’entreprise est le lieu de la croissance, de la réconciliation, du dialogue et de la formation. C’est tout le sens de nos propositions. »

 

Retrouvez le communiqué de presse en cliquant ici 

 

CroissancePlus contribuera au Grand Débat National

CroissancePlus contribuera au Grand Débat National

Le potentiel de croissance de nos entreprises et la revitalisation du tissu économique dans les territoires sont indissociables.

C’est à ce titre que CroissancePlus va s’inscrire dans le grand débat national avec des propositions concrètes sur la baisse de la dépense publique et une réforme de la fiscalité :

– Réforme des taxes sur la production qui pénalisent fortement les entreprises françaises face à la concurrence mondiale ; la France est le seul pays qui taxe les entreprises avant qu’elles n’aient dégagé le moindre bénéfice
– Révision en profondeur de la fiscalité de transmission : 70 000 entreprises françaises seront à transmettre dans les 10 ans alors que seulement 17 % se transmettent aujourd’hui contre 55% en Allemagne et 70 % en Italie
– Instauration rapide d’un « small business act » à la française pour faire bénéficier plus facilement les PME de la commande publique

Parce que la création de richesses vient des entreprises et de leurs salariés, nous devons également œuvrer pour un meilleur partage des fruits de la croissance, vecteur de réconciliation durable entre acteurs économiques et société civile.

Rappelons qu’aucune mesure ne sera suffisante et pérenne sans une baisse drastique des dépenses publiques, condition sine qua none pour garantir une fiscalité juste et équilibrée.

Contact presse : Isabelle d’Halluin communication 06 03 00 88 48 / idhalluinpresse@gmail.com
Direction des Affaires publiques : 01 56 88 56 22

Pour retrouver ce CP en PDF, cliquez ici

cp CroissancePlus Grand débat national 14 01 2019
Réaction de CroissancePlus aux mesures annoncées par le Président de la République

Réaction de CroissancePlus aux mesures annoncées par le Président de la République

CroissancePlus estime que les mesures annoncées par le Président de la République traduisent la recherche d’un juste équilibre entre amélioration du pouvoir d’achat et valorisation du travail.

Les réponses concrètes apportées aux revendications exprimées préservent la compétitivité des entreprises, condition sine quoi none pour maintenir et créer des emplois. Nous souhaitons une sortie de crise rapide afin que de nombreuses entreprises retrouvent une activité économique saine.

CroissancePlus encourage les entreprises qui le pourront à verser une prime exceptionnelle de fin d’année aux salariés. Cette initiative participe à un meilleur partage des fruits de la croissance, valeur essentielle portée par les entrepreneurs membres de l’association.

Au-delà des mesures pragmatiques à effet immédiat, il est urgent de construire un nouveau projet de réforme autour de la fiscalité et d’engager une réconciliation durable entre acteurs économiques, société civile et l’ensemble des territoires. CroissancePlus souhaite activement participer à ce débat en faisant des propositions en faveur de la croissance et de l’emploi.

Contact médias : Isabelle d’Halluin Communication 06 03 00 88 48 / idhalluinpresse@gmail.com
Direction des Affaires publiques : 01 56 88 56 22

Pour retrouver ce CP en PDF, cliquez ici

 

CP CroissancePlus réaction aux annonces du PR 11 12 2018
Réaction de CroissancePlus à la déclaration du Premier ministre

Réaction de CroissancePlus à la déclaration du Premier ministre

CroisssancePlus salue les annonces du Premier ministre qui répondent aux demandes initiales du mouvement, et l’initiative d’une consultation nationale pour remettre à plat le système fiscal de notre pays.

Rappelons que la création de richesses vient des entrepreneurs et de leurs salariés et que le partage des fruits de la croissance prôné et mis en œuvre au-delà des obligations légales par les adhérents de CroissancePlus ne pourra se faire qu’en favorisant la création, la croissance et la transmission des entreprises.

CroissancePlus propose inlassablement des mesures fortes pour accompagner le potentiel de croissance, à savoir :

  1. Des mesures législatives dans la continuité de celles adoptées cette année, plus fortes pour étendre la participation et l’intéressement aux salariés ;
  2. Pour revitaliser le tissu économique dans les territoires et mettre un terme au cycle des fermetures/délocalisations, la révision de l’architecture des taxes sur la production qui pénalise fortement les entreprises françaises face à la concurrence mondiale (La France est le seul pays qui taxe les entreprises avant qu’elles n’aient dégager le moindre bénéfice) et la révision en profondeur de la fiscalité de transmission. En effet, 70 000 entreprises françaises seront à transmettre dans les 10 ans. Seul 17 % de nos entreprises se transmettent contre 55% en Allemagne et 70 % en Italie) ;
  3. L’instauration rapide d’un « small business act » à la française pour faire bénéficier les PME de la commande publique.

CroissancePlus se met à la disposition du Gouvernement pour apporter les propositions pragmatiques et réalistes des entrepreneurs de terrain qui se battent chaque jour pour faire vivre et développer leurs entreprises.

Retrouvez le communiqué de presse en PDF

 

CP CroissancePlus réaction déclaration Premier ministre 5 12 2018
PACTE, PLF 2019 : ne restons pas au milieu du gué !

PACTE, PLF 2019 : ne restons pas au milieu du gué !

Alors que le projet de loi PACTE est examiné à partir d’aujourd’hui à l’Assemblée nationale et que les principales dispositions du projet de loi de finances ont été dévoilées, CroissancePlus insiste sur les entraves qui continuent d’empêcher les entreprises françaises de grandir et donc de créer de l’emploi.

CroissancePlus regrette que ces deux textes restent en-deçà de l’ambition initiale de créer un véritable socle d’entreprises de croissance (PME et ETI) structurant le tissu économique. Il manque encore des mesures fortes pour le financement et la transmission des entreprises. Nul besoin d’un grand soir, améliorons ce qui existe déjà !

Le PEA-PME gagnerait en attractivité si d’autres acteurs financiers pouvaient participer à sa diffusion et si les capacités de l’investisseur entrepreneur étaient élargies. Supprimons donc l’interdiction de détenir plus de 25% des droits de la société dans laquelle l’entrepreneur souhaite investir ou augmentons ce plafond à 50%.

Les entreprises pourraient, en outre, mieux recourir au crédit inter-entreprises si la condition du lien économique était remplacée par un critère d’appartenance à une même filière économique.

La transmission des entreprises serait, quant à elle, facilitée si le « pacte Dutreil » était profondément rénové. Son caractère trop contraignant explique pour une large part qu’en France seules 17% des entreprises se transmettent chaque année, contre 56% en Allemagne et 70% en Italie. C’est une cause majeure de la désindustrialisation progressive de notre pays à laquelle il faut enfin remédier ! Si le PLF 2019 assouplit le « pacte Dutreil » en supprimant les obligations déclaratives et en intégrant la respiration du capital au sein du dispositif, il s’arrête hélas au milieu du gué.

Une évolution significative, que CroissancePlus appelle de ses vœux, permettrait la transmission des entreprises françaises sans déstabilisation ni délocalisation : 68% des sièges sociaux des ETI se situant en dehors des grandes métropoles, cette réforme bénéfique à la croissance et à l’emploi répondrait donc tout autant à l’enjeu crucial du renforcement de l’attractivité des régions et de l’aménagement du territoire.

Pour Jean-Baptiste Danet, Président de CroissancePlus : « Alors que la moitié de nos PME et ETI vont se transmettre dans les 10 ans à venir, la réforme du « pacte Dutreil » est une urgence économique absolue. C’est le maintien des sites de production, des savoir-faire et de l’emploi en France qui est en jeu. »

Retrouvez le CP en PDF

[CP] Loi PACTE : Il faut aller plus loin

[CP] Loi PACTE : Il faut aller plus loin

Annoncé aujourd’hui en Conseil des ministres, le projet de loi PACTE introduit plusieurs mesures portées de longue date par CroissancePlus, jusque dans la concertation engagée par le Gouvernement pour la conception de ce texte.

Ainsi, les entrepreneurs de CroissancePlus saluent en particulier la création d’un guichet unique pour la création d’entreprise, la rationalisation des procédures de redressement judiciaire, la suppression de seuils sociaux et fiscaux pénalisants pour la croissance des jeunes pousses, la libération de l’intéressement et de la participation de leurs freins historiques que nous réclamons depuis toujours, ou encore la modernisation des fonds d’épargne-retraite et des contrats d’assurance-vie, indispensable à un meilleur financement des entreprises.

Pour autant, aussi bénéfique soit-elle, la loi PACTE comprend un angle mort de taille : rien ou presque n’est prévu pour les Entreprises de croissance dont font partie les entreprises de Taille Intermédiaire (ETI), leviers stratégiques de l’économie française qu’il est plus que jamais urgent de soutenir, pour enfin affronter à armes égales nos puissants concurrents mondiaux.

Favoriser leur financement en transformant le PEA et le PEA-PME (nos mesures en PJ), assouplir leur transmission par la profonde modernisation du « pacte Dutreil » aujourd’hui obsolète, et améliorer leur profitabilité, et donc leur efficacité en ajustant les « taxes de production » sur celles de nos voisins (3,2% du PIB en France, contre 1,5% en Italie et 0,5% en Allemagne), demeurent ainsi des nécessités absolues.

En complétant ces mesures par la création d’un « Small-Business-Act » européen et le développement du crédit inter-entreprises, nous permettrons alors aux entreprises de croissance françaises de donner leur pleine mesure dans la compétition mondiale et de créer les emplois de demain dont le pays a besoin !

Pour Jean-Baptiste Danet, Président de CroissancePlus « c’est en facilitant la transmission des entreprises, en leur permettant d’accélérer leur transformation managériale, de couvrir leur besoin de financement et de diminuer les taxes sur la production que nous permettrons à la France d’avoir des entreprises de croissance, compétitives au niveau mondial ».

 

CP CroissancePlus PL Pacte il faut aller plus loin 18 06 2018

 

CroissancePlus les mesures qui doivent être ajoutées à la loi Pacte 18 06 2018