EDITO : « L’espoir changea de camp, le combat changea d’âme »

EDITO : « L’espoir changea de camp, le combat changea d’âme »

jean-baptiste-danet-entrepreneur-croissanceLes Châtiments, Victor Hugo

 

 

Dans un monde où l’agilité permet de saisir les opportunités, CroissancePlus agit pour lever les freins à la croissance, réconcilier la société civile et les pouvoirs publics, les entrepreneurs et leurs collaborateurs.

Ne nous trompons ni d’espoir ni de combat, le rôle des entrepreneurs est plus large, il va au-delà des débats autour de la fiscalité, de l’emploi, du financement et du numérique. Son rôle est social dans la création d’emplois, le partage de la valeur avec ses collaborateurs et la valorisation des territoires. Son rôle est sociétal car l’entreprise est le lien privilégié d’insertion dans la société, prescriptrice de développement social et culturel.

Accompagnons avec discernement le mouvement positif créé par les premières réformes du gouvernement actuel pour donner une âme au combat des entrepreneurs au nom de l’intérêt commun.

Les bouleversements technologiques, sociologiques, démographiques et environnementaux actuels représentent une opportunité sans précédent de création de valeur et nous obligent à revoir nos organisations.

Le monde de demain, aujourd’hui focalisé sur l’intelligence artificielle, sera ce que nous en ferons ; notre engagement doit proposer une vision d’espoir et d’optimisme pour nous réinventer avec audace !

Avoir peur n’est pas viable ! Notre énergie et notre créativité d’entrepreneur doivent être entièrement consacrées à l’innovation ! Innover, c’est être en observation de ce monde qui change et à l’écoute des nouvelles aspirations ; entendre avant les autres les messages que nous livre la société et y répondre concrètement. L’Entrepreneur et l’Innovation sont les moteurs pour la construction d’une nouvelle société.

Le rapprochement entre CroissancePlus et la Fondation Croissance Responsable vise à mettre la société civile au cœur de notre projet pour accompagner le mouvement, pour que l’espoir change de camp.

La formation professionnelle et l’apprentissage sont autant de sujets prioritaires pour éduquer et accompagner les talents dans une société où les initiatives sont encouragées. En agissant sur le temps court des réformes et sur le temps long de l’éducation, nous souhaitons réconcilier la société civile et le libéralisme.

Grâce à cette nouvelle dynamique, nous pourrons offrir aux générations futures l’espoir et la vision optimiste d’un environnement à la hauteur de nos ambitions !

 

L’entreprise, lieu d’échanges et de culture

L’entreprise, lieu d’échanges et de culture

jean-baptiste-danet-entrepreneur-croissanceNotre enquête auprès des jeunes de 16 à 20 ans sur leur vision de l’entreprise nous enseigne qu’ils ont une image positive de l’entreprise et qu’une forte proportion d’entre eux souhaite entreprendre ; bonne nouvelle !

Pour autant, le monde de l’entreprise leur paraît stressant, complexe, voire injuste, surtout pour ceux qui considèrent qu’ils n’ont pas le réseau adapté pour y faciliter leur entrée.

Mais ce que l’on retient surtout, c’est leur conscience précoce de la place de l’entreprise dans la construction d’un nouveau modèle sociétal. La génération interrogée est consciente de la fragilité du monde du travail, des enjeux écologiques et géopolitiques à venir. Elle souhaite évoluer dans un cadre serein où les valeurs humaines prédominent et s’impliquer dans des « projets qui ont du sens ».

Cet enseignement nous conforte dans l’idée qu’au-delà de notre volonté de croissance, nos entreprises sont des lieux de culture qui ont un rôle à jouer pour l’avenir de notre société : la formation, l’apprentissage, l’inclusion sociale, la valorisation des territoires, la diversité… autant de domaines considérés comme essentiels.

Chaque entreprise a sa personnalité, possède un mythe fondateur, une identité et des valeurs. Le regard que les jeunes portent sur celle-ci les conduira à rechercher sa spécificité, à analyser sa culture, ses engagements et à reconnaître le rôle des hommes qui la composent.

Dans un environnement perçu comme instable et complexe, l’entreprise est un lieu de culture qui doit permettre à chaque individu de grandir. Comprendre cet enjeu, c’est favoriser l’engagement de nos collaborateurs et accompagner les talents qui en sont la vraie richesse.

Au travers de cette enquête, les jeunes nous rappellent que nous devons rester vigilants et nous assurer en permanence que nos décisions d’entrepreneurs sont compatibles avec les besoins et attentes de la société avec laquelle ils veulent vivre.

 

Jean-Baptiste Danet, Président de CroissancePlus

Retrouver le 10ème magazines des Entrepreneurs

EDITO : Légitimes !

EDITO : Légitimes !

jean-baptiste-danet-entrepreneur-croissanceC’est à une Assemblée profondément renouvelée que nous avons soumis nos 70 propositions pour la croissance et l’emploi issues du travail collectif des entrepreneurs de CroissancePlus. Ces mesures n’ont qu’un seul objectif : libérer nos entreprises des contraintes qui les empêchent de grandir. Nous serons engagés tout au long de cette législature pour partager nos expériences avec les nouveaux élus, afin de répondre ensemble à l’urgence de la réforme et surmonter les blocages stériles.

Le monde qui vient est une chance, car il offre de magnifiques opportunités de croissance. L’entrepreneur est au cœur de nouveaux défis liés aux bouleversements technologiques, sociologiques, démographiques et environnementaux. Il a un rôle primordial à jouer dans l’accompagnement de ces transitions, pas seulement économique, mais aussi sociétal. L’entreprise est au cœur de la cité, l’entrepreneur a donc toute légitimité pour accompagner le changement.

Au plus près des besoins, les entrepreneurs sont des acteurs de terrain, qui ont confiance en leur capacité à répondre aux défis sociétaux actuels, pour redonner corps à la cohésion sociale. Jour après jour, ces acteurs du changement développent leurs entreprises pour créer de la croissance et en partager les fruits avec leurs collaborateurs pour une meilleure répartition des richesses. Acteurs responsables, ils s’engagent pour former leurs collaborateurs aux nouveaux métiers imposés par le numérique, créer des emplois et s’impliquer dans des projets d’intérêt général.

Confrontés aux enjeux de demain, les entrepreneurs mettent leur savoir-faire et leur énergie à disposition pour promouvoir et encourager les futurs talents. Éduquer nos jeunes à l’économie et leur insuffler l’esprit d’entreprise est une des actions prioritaires de CroissancePlus. Nos futurs entrepreneurs sont là tout près, et ils ont besoin de notre soutien. Encourager la prise de risque, l’initiative, la créativité et l’innovation, autant de valeurs que nos dirigeants souhaitent transmettre en accompagnant de jeunes entrepreneurs débutants.

La société civile et les pouvoirs publics sont deux piliers complémentaires et indissociables pour inventer le nouveau mode de société que la révolution numérique nous oblige à envisager. Si les entrepreneurs réclament des mesures fortes, c’est pour accompagner le potentiel de croissance que nous offrent les évolutions du monde. Les valeurs que nous partageons, la conscience de notre responsabilité sociétale nous rendent légitimes à être entendus. C’est en écoutant les entrepreneurs de terrain, dans l’action, que la nouvelle majorité posera les conditions de la réussite.

EDITO: Pour un CDI agile

EDITO: Pour un CDI agile

Interview réalisée par Patrice MOYON et publiée dans Ouest France le 31 mai 2017.

L’association d’entrepreneurs CroissancePlus envoie aux candidats aux législatives ses propositions pour l’économie. Explications avec son président Jean-Baptiste Danet.

Les entreprises abusent des CDD. Ça vous choque ?

Le recours abusif aux CDD dans certaines entreprises n’est pas acceptable. Il maintient trop de Français dans la précarité. Il est très difficile pour un salarié en CDD de se loger ou de souscrire un emprunt.

Quelles sont vos propositions ?

Le Code du travail est « atteint d’obésité » pour reprendre la formule de Robert Badinter. Avec 8 000 articles contre 600 en 1974, il est urgent de le réformer. Il faut aussi continuer à baisser les charges et améliorer notre système de formation. Entre 500 000 et 600 000 emplois ne sont pas pourvus. Et ce ne sont pas que des emplois non qualifiés. Toutes ces propositions vont être adressées aux candidats aux législatives.

Faut-il interdire le recours aux CDD ?

Non. Mais il faut les cantonner à ce qui était leur rôle au départ : permettre aux entreprises de faire face à un surcroît d’activité ou au remplacement d’une personne absente. Pour le reste, nous proposons un CDI agile. Les deux parties: salarié et employeur s’engagent sur un contrat à durée indéterminée avec des objectifs mesurables et atteignables. On ferait ainsi sauter un frein à l’embauche. L’entreprise gagnerait aussi en visibilité avec des motifs de rupture qui ne pourront plus requalifiés ou invalidés par le juge.

L’entreprise n’est pas qu’un lieu de conflit ?

À CroissancePlus, qui représente 400 PME et ETI, et pas loin de 200 000 emplois, nous pensons même que c’est le dernier endroit où on peut réconcilier les gens. C’est un endroit d’échange et de culture, un lieu de vie. Nous devons sortir d’un dos à dos stérile. Prenez la pénibilité, c’est une vraie question. On en parle à travers les métiers. Qu’est-ce que vous faites du burn-out ? C’est un sujet à reprendre.

Parmi les propositions faites par CroissancePlus

Un barème unique de cotisations patronales. CroissancePlus propose de créer un barème unique de cotisations patronales progressif en fonction du niveau de salaire. Ce barème intégrerait à la fois les allègements généraux Fillon jusqu’à 1,6 Smic, le CICE de 1,6 à 2,5 Smic ainsi que les réductions de cotisations familailes du pacte de responsabilité jusqu’à 3,5 Smic. Au-delà de 3,5 Smic, le taux de cotisation redeviendrait proportionnel. CroissancePlus est aussi favorable au maintien du CICE et à la réduction des cotisations sociales salariales de 2,6 points sur l’ensemble de l’échelle des salaires. Une mesure financée par une hausse de 1,2 point de CSG.

Réorienter la formation professionnelle. 60% des métiers qui seront exercés en 2030 n’existent pas encore actuellement observe CroissancePlus qui plaide pour un accord interprofessionnel pour déterminer dans chaque branche les modalités d’adaptation du plan de formation de l’employeur aux nouvelles compétences transverses exigées par la numérisation de l’économie.

Faciliter la mobilité. Les personnes peu qualifiées peinent à changer de région ou de métier. le 1% logement pourrait être attribué aux personnes contraintes de déménager? Trois mois d’indemnisation complémentaire de chômage pourraient être accordés pour couvrir les surcoûts liés une mobilité.

Limiter le nombre de mandats. « Le syndicalisme n’est pas une profession », observe Jean-Baptiste Danet qui, avec CroissancePlus propose de limiter à deux, les mandats syndicaux successifs exercés par un salarié. Avec l’objectif de les obliger, en cours de mandat, « à passer au moins 50% de temps de travail effectif dans l’entreprise ».

Pour lire sur le site de Ouest France, cliquer ici.

 

 

 

 

EDITO : Réconciliation ?

EDITO : Réconciliation ?

CroissancePlus et ses entrepreneurs viennent de publier L’urgence de la réforme, 70 propositions concrètes pour mettre la France en mouvement et retrouver le chemin de la croissance et de l’emploi. Adressées au prochain président de la République, elles visent à faire sauter les freins et à libérer les énergies qui permettront aux Français de renouer avec l’optimisme.

Cette ambition repose sur un effort collectif. Il doit être fondé sur une volonté de réconciliation qui mette un terme aux oppositions stériles entre patrons et salariés, privé et public, finance et économie. Cette réconciliation, les entrepreneurs la font vivre : ils développent leur entreprise au bénéfice de leurs collaborateurs et de la société grâce aux revenus, aux emplois et à la croissance qu’ils génèrent. Ils ont donc une responsabilité majeure : offrir aux générations futures un environnement à la hauteur de leurs ambitions.

La mondialisation et la numérisation mettent nos équilibres sociaux au défi. Ce n’est pas dans le repli frileux que nous trouverons une réponse efficace. C’est au contraire en permettant à ses talents de s’exprimer que la France pourra saisir les opportunités qui s’offrent à elle, que ses nombreux atouts lui donnent toutes les chances de pouvoir saisir. Si les entrepreneurs réclament des mesures fortes de la part de la prochaine majorité, c’est pour pouvoir répondre présent et relever ces défis. L’État doit mettre en place un cadre fiscal et juridique porteur de croissance.

Les entrepreneurs sont conscients que cette réconciliation repose sur l’idée d’équilibre et de justice, notamment dans le partage de la valeur ajoutée. C’est à cette condition que le contrat social pourra être efficacement renouvelé, de façon consensuelle.
La réconciliation concerne tout le monde, et elle nécessite l’effort de chacun. Le temps est venu de cesser les querelles dogmatiques et de se mettre collectivement au travail. En permettant à ses entreprises de réussir, la prochaine majorité posera les conditions d’un renouveau auquel chacun aspire : sortir enfin du pessimisme et de l’idée de déclin pour renouer avec celle de progrès.

 

 

Edito : L’urgence de la réforme

Edito : L’urgence de la réforme

jean-baptiste-danet-entrepreneur-croissanceplusLa France se trouve aujourd’hui dans une situation inédite : pays riche et puissant bénéficiant d’un potentiel formidable, elle se perçoit en déclin, et de nombreux Français, plongés dans un profond pessimisme, sont tentés par le repli.

Les entrepreneurs de CroissancePlus créent et développent leurs entreprises en France. Par leurs initiatives et les risques qu’ils prennent, ils démontrent qu’il est possible d’y réussir.

Forts de leur expérience et des freins qu’ils constatent au développement de leurs activités, les entrepreneurs portent un regard lucide sur la situation. Ce document propose aux candidats à l’élection présidentielle des mesures visant à libérer les énergies pour retrouver le chemin de la croissance et de l’emploi. Les entrepreneurs considèrent que l’accumulation des contraintes, les lourdeurs bureaucratiques, étatiques, la dévalorisation du travail, et in fine l’accroissement du chômage ne sont pas une fatalité.

L’objectif premier est de contribuer à un changement de mentalité : nous devons sortir du dos-à-dos stérile dans lequel des postures de principe nous enferment trop souvent. Entre un conservatisme obtus qui refuse par principe tout changement et une approche punitive de la réforme, il existe une voie consistant à créer une dynamique qui permette à chacun de retrouver l’espoir d’un avenir meilleur. Il faut gagner l’agilité qui permettra de suivre le rythme des évolutions du monde, de s’y inscrire et d’en bénéficier. Il est temps d’agir car le refus de s’adapter menace le vivre ensemble.

Cette dynamique peut venir de la volonté d’entreprendre : il faut ré- habiliter le risque au détriment de la rente, valoriser le travail et la répartition du fruit de ses efforts. Et répondre aux aspirations des 19 millions de Français (entrepreneurs) qui rêvent de créer leur entreprise!

 

Jean-Baptiste Danet

Président de CroissancePlus

 

 

Février 2017

 

 

Découvrez les propositions des entrepreneurs de CroissancePlus :