« La Renaissance de l’Intelligence », intervention d’Alexandre Cadain au Spring Campus des entrepreneurs !

« La Renaissance de l’Intelligence », intervention d’Alexandre Cadain au Spring Campus des entrepreneurs !

Alexandre Cadain est le co-fondateur et CEO de l’entreprise Anima.ai et l’ambassadeur de la Fondation XPRIZE.

Il intervenait auprès des entrepreneurs de CroissancePlus lors du dernier Spring Campus à Deauville. Le thème de cette année : « L’entrepreneur moteur d’un nouveau modèle de société » résonnait tout particulièrement pour Alexandre Cadain.

Ce dernier s’est donné pour mission de « casser les mythes qui nuisent à la compréhension des opportunités liées à la technologie ». Véritable ambassadeur de la Tech For Good, Alexandre Cadain nous invite à un voyage passionnant sur l’intelligence artificielle, ses applications actuelles et le monde des possibles.

La Renaissance de l’Intelligence est finalement une bouffée d’oxygène et d’optimisme qui nous permet de rêver à un futur positif intégrant ces technologies, pour le meilleur…

Retrouvez le texte de David Brunat, chargé lors du Spring Campus de relater l’essence des différentes interventions :

« Les Lumières de l’intelligence »

Une fête de l’intelligence. Un festin pour l’esprit. Telle est l’intervention d’Alexandre Cadain, héros et héraut de l’IA, honnête homme aux talents multiples. Dans sa bouche se succèdent en feu d’artifice les références à Prométhée, à Léonard, à Voltaire, à Turing, au réalisme magique de Garcia Marquez (et une grosse fessée à Marinetti). Un récital. Un hymne génial à l’intelligence créatrice, imaginative, chaleureuse, généreuse, irréductible à la froide raison calculatrice et statique. Un discours humaniste et apaisant (et apaisé), aux antipodes de bien d’autres prises de positions anxiogènes ou arrogantes sur l’IA. Bref, un enchantement. « Ne pas prévoir, c’est déjà gémir », disait Vinci. Prévoir, imaginer, se projeter, c’est éviter de gémir : mieux, c’est presque une promesse de bonheur. La promesse du projet XPrize ? Au possible, nul n’est tenu ! »

Gilles Herrada, consultant chercheur en psychologie sociale s’adresse aux entrepreneurs

Gilles Herrada, consultant chercheur en psychologie sociale s’adresse aux entrepreneurs

Lors de son intervention au Spring Campus 2018, Gilles Herrada, consultant chercheur en psychologie sociale, a animé une conférence rapprochant son domaine de recherche – la psychologie sociale – et le politique.

Gilles Herrada a tout d’abord présenté son modèle TECTA aux entrepreneurs. Ce modèle permet, selon les mots du chercheur « d’analyser et de cartographier l’orientation développemental des individus et d’une population. »

Tecta est le pluriel de Tectum qui signifie toît ou plafond. Le modèle tecta divise le développement psychosocial de l’espère humaine de la préhistoire à nos jours en 9 orientations. 5 de ces orientations sont présentes dans le monde contemporain. Découvrez dans la vidéo les particularités de ces 5 orientations :

  1. Les Impulsifs
  2. Les Traditionalistes
  3. Les Rationalistes
  4. Les Pluralistes
  5. Les Globalistes

 

Chaque niveau transcende, élargit les niveaux précédents tout en les intégrant (comme les étages d’une bâtisse s’empilent l’un sur l’autre, d’où le nom « Tecta »). Retrouvez son intervention en vidéo :

Yann Boissière parle d’interconvictionalité aux entrepreneurs lors du Spring Campus 2018

Yann Boissière parle d’interconvictionalité aux entrepreneurs lors du Spring Campus 2018

En écho à l’intervention du philosophe François-Xavier Bellamy lors du Spring Campus 2018, le rabbin Yann Boissière a parlé d’interconvictionalité aux entrepreneurs présents à Deauville pour le Spring Campus 2018.

La question de la transmission et de la culture ne pouvait pas ne pas être présente au Spring Campus 2018 dont le thème était : « L’entrepreneur, moteur d’un nouveau modèle de société ». Le rôle des entrepreneurs et de leurs entreprises a évolué vers un rôle de plus en plus sociétal et ne peut pas passer à côté des enjeux de culture. C’est dans ce contexte que le rabbin Yann Boissière nous parle d’interconvictionalité. Ce mot est plus large que religion, car ici nous parlons de convictions.

Retrouvez en vidéo ci-après l’intervention de Yann Boissière :

« Nous avons créé les Voix de la paix en 2015 pour essayer de recréer du vivre-ensemble, du faire-ensemble ».

« Nous agrégeons toutes formes de spiritualités religieuses ou pas. »

« L’entreprise est le lieu où se fabrique le sens de demain. Parfois l’entreprise est en avance sur la société notamment sur les normes éthiques. »

« Le pôle inter-convictionnel sera bientôt au coeur de la RSE »

François-Xavier Bellamy s’adresse aux entrepreneurs lors du Spring Campus 2018

François-Xavier Bellamy s’adresse aux entrepreneurs lors du Spring Campus 2018

Retrouvez l’intervention de François-Xavier Bellamy au  Spring Campus 2018 de CroissancePlus : « De la crise du dialogue à la fécondité de la culture : enjeux philosophiques ».

 

Le philosophe François-Xavier Bellamy échange avec les entrepreneurs sur l’importance de la culture et du sens au sein de l’entreprise.

L’entreprise doit redevenir un lieu de culture. Il propose aux entrepreneurs trois directions par lesquelles l’entreprise peut redevenir le lieu de transmission : la parole du dirigeant, une vision et un sens commun.

« La culture n’est ni une décoration ni un ornement. Elle est au contraire cœur de la vie de l’entreprise. »

 

On parle du Spring Campus et des Scale-Up Awards 2018 dans la presse…

On parle du Spring Campus et des Scale-Up Awards 2018 dans la presse…

29 mars MADDYNESS  Interview exclusive des 5 lauréats du prix Scale-up awards Croissanceplus- KPMG-Gide sur  le thème « De la startup à la scaleup : les recettes gagnantes des entrepreneurs »

5 avril : FRANCE BLEU NORMANDIE : Jean-Baptiste Danet invité de la matinale

 

5 avril :  OUEST -FRANCE Interview de Jean-Baptiste Danet  « Les entrepreneurs de CroissancePlus refont le monde à Deauville »

5 avril : LE FIGARO. FR  Article sur le premier intervenant du Spring : « Quand Nicolas Sarkozy se livre, 10 ans après,  sur  la crise qui a secoué le monde en 2007 »

6 avril : LE FIGARO [page 6 édition papier] « Quand Sarkozy raconte sa crise financière »

5 avril LA DEPECHE DU MIDI   « Nicolas Sarkozy raconte sa crise à Deauville »

 

6 avril  CHEF D’ENTREPRISE « Scale-Up Awards 2018 : Ogury sacrée scale-up de l’année »

6 avril COMMUNIQUE CROISSANCEPLUS KPMG GIDE « Ogury élue Scale-Up de l’année par les entrepreneurs de CroissancePlus »

 

9 avril LES ECHOS STARTUP  « Avec sa technologie qui permet de cartographier les comportement d’un mobinaute …..  Ogury a tapé dans l’œil de CroissancePlus »

 

9 avril BFM BUSINESS François Bloch, Directeur général de KPMG et Jean Canzoneri  invités de l’émission Plus Grand Plus Fort animée par Stéphane Soumier pour décrire les atouts d’OGURY, élue Scale-Up de l’année par CroissancePlus, KPMG et le cabinet Gide

9 avril FLASH INFOS actualités des entreprises éditions Nord Pas de Calais-Picardie-Alsace-Lorraine-Franche-Comté « CroissancePlus a organisé son 10ème Spring Campus à Deauville »

 

9 avril ADN « La Start-up Ogury remporte les Scale-Up Awards 2018 »

Spring Campus 2018 J2 : Le corps et l’esprit.  

Spring Campus 2018 J2 : Le corps et l’esprit.  

Spring. Jour 2.   Le corps et l’esprit.  
Par David Brunat

 

Une journée en mouvement ! On se jette à l’eau avec une ex championne de natation synchronisée, on consacre la fin de l’après-midi à des activités physiques à fleur d’écume, et on s’adonne toute la journée à de la gymnastique intellectuelle.

« L’eau et les rêves »
Ce titre d’un livre du philosophe Gaston Bachelard convient bien à Muriel Hermine, Socrate en mode aquatique « Connais-toi toi-même ! », nous enjoint-elle.
Après la joute intellectuelle d’hier entre le philosophe et le rabbin, place à des histoires d’eau, à des récits d’exploits du corps et de l’esprit, à des leçons existentielles sur les vertus de l’échec surmonté. Et même à des réflexions sur le divin dans les bassins : « Et Dieu dans tout ça ? ».
Le sport est un dialogue avec soi-même. Une école de vie, de courage, de confiance. Une ascèse, un sacerdoce.

Très touchante, émouvante et émotive, Muriel nous invite à nous transcender, à rêver, à être ce que nous sommes, pas à nager en eaux troubles. A refaire surface après avoir touché le fond. A rebondir après avoir bu la tasse. Au prix d’un travail sans relâche ; d’un effort d’intelligence sur soi-même et sur les autres ; et peut-être aussi d’une capacité à se raconter, tant l’art de se dire aide à faire. Vertus d’un storytelling bien ficelé  qui a conduit notre nageuse à s’immerger dans l’humanitaire et à se plonger dans le coaching.

Muriel cite Ghandi et Mandela, mais on pense en l’écoutant à des philosophes qui ont réconcilié la tête et les jambes. Voyez Albert Camus : « Tout ce que je sais de plus sûr sur la morale et les obligations des hommes, c’est au football que je le dois. »
Bref, une force tranquille que notre intervenante. Et une force qui dure ! A 50 ans, Muriel s’est offert une médaille d’or.

Réactions des participants :
« Douceur très émouvante. » « Elle force l’admiration par son courage et sa capacité de remise en question. » « Très inspirante ! Elle fait passer beaucoup d’émotion. »  « C’est génial d’aller de métier en métier comme elle l’a fait ». « J’ai été frappée par son art du rebond et par la façon dont elle en parle. Gagner un titre mondial à 50 ans, c’est dingue ! »

Après la natation synchronisée, voici la mondialisation désynchronisée. Après les rêves éveillés, les désillusions avivées. Dominique David dresse le portrait d’un monde déboussolé, instable, éclaté, vacillant. Les vieux modèles prennent l’eau. Où est la bouée qui nous permettra de surnager et de garder pied dans cet océan de menaces et d’incertitudes ?

 

Le cœur à l’ouvrage
Le Cœur Artificiel. Une perspective formidable au service de la vie.
On retient son souffle – en savourant au passage la chance d’avoir un « palpitant » qui fonctionne ! – en écoutant le président de Carmat conter cette fabuleuse aventure, née en 2008, la même année que les Spring Campus. Jean-Claude Cadudal nous donne à voir une formidable saga médicale, industrielle et humaine.

Le cœur des patriotes bat pour cette initiative Made in France. Les entrepreneurs appellent de leurs vœux la mort clinique du principe de précaution, cet obstacle dirimant au développement de certaines des plus belles inventions françaises. Le génie français perdure : bon sang ne saurait mentir. Mais il ne faut pas relâcher ses efforts pour que Carmat carbure et prenne tout son essor. Le cœur a ses raisons que la raison – économique, juridique, technocratique, etc. – ne doit plus ignorer.

Après quoi, nous écoutons Antoine Sire. S’engager, voilà l’avenir. Le rôle social de l’entreprise n’est pas assez reconnu alors que l’entreprise est centrale dans la transformation de la société. Le mécénat de compétence illustre d’ailleurs le fait qu’un très grand nombre d’entrepreneurs et de salariés ont le cœur sur la main. Et la BNP n’est pas en reste avec la manière dont elle met en œuvre les 17 ODD de l’ONU. L’atout cœur de ce grand établissement de crédit ?

Pour clôturer les débats de la journée et avant de nous en donner à cœur joie sur la plage, nous accueillons le chercheur Gilles Herrada, qui a détecté 9 trajectoires de développement psychosocial, dont 5 font l’objet de son exposé : l’impulsif, le traditionnaliste, le rationaliste, le pluraliste, et, last but not least, le globaliste, son chouchou. Surtout si le globaliste est en mode EM (Elon Musk ou Emmanuel Macron).

Il nous parle de son « modèle TECTA ». Certains objecteront que Gilles Herrada établit des sociotypes taillés à la serpe ; d’autres souscriront à ses paradigmes épistémiques et se régaleront des 5 ou 50 nuances de la psyché humaine qu’il ausculte. D’autres enfin resteront sur leur faim : ils auraient peut-être aimé qu’on parle d’autres sociotypes bien connus dans nos entreprises : l’utopiste, l’optimiste, l’artiste, l’altruiste, ou encore – hélas … – le fumiste, l’absentéiste, etc.

Pour mettre tout le monde d’accord, une bonne citation. Tirée de L’attrape-cœurs de J.D. Salinger.  « L’homme qui manque de maturité veut mourir noblement pour une cause. L’homme qui a atteint la maturité veut vivre pour une cause. »  Haut les cœurs, amis entrepreneurs, amis d’une grande cause sociale et sociétale !