« Aligner davantage les intérêts des salariés avec ceux de l’entreprise » Guillaume Richard interviewé dans la Croix

« Aligner davantage les intérêts des salariés avec ceux de l’entreprise » Guillaume Richard interviewé dans la Croix

Retrouvez l’interview de Guillaume Richard, membre du comité de direction de CroissancePlus dans l’article de La Croix : « Les attentes et les craintes des patrons ».

À l’occasion de la 20e université d’été du Medef, et dans un contexte de fortes attentes vis-à-vis du gouvernement, La Croix fait un tour d’horizon des désirs et des inquiétudes des patrons.

« Aligner davantage les intérêts des salariés avec ceux de l’entreprise »

Guillaume Richard, PDG du groupe de services à domicile O2, 13 500 collaborateurs à travers différentes sociétés

« La participation et l’intéressement sont des outils de partage de la réussite de l’entreprise. Le forfait social rendait contre-productif leur mise en place. En abaissant la pression fiscale sur ces dispositifs, le gouvernement nous incite désormais à aligner davantage les intérêts des salariés avec ceux de l’entreprise, car l’intéressement est proportionnel à la performance de l’entreprise. J’ai moi-même décidé de mettre en place dès l’année prochaine un accord d’intéressement dans les différentes entreprises du groupe O2.

La suppression du forfait social ne résout cependant pas le problème de la participation, dont le taux fixé par la loi reste identique pour toutes les entreprises. Or, ce taux unique ne répond pas aux réalités de toutes les structures : comme il est calculé notamment en fonction de la masse salariale, la participation dévolue aux salariés pour une entreprise à très forte intensité de main-d’œuvre comme O2 peut représenter jusqu’à 45 % du résultat annuel, ce qui est trop. Il faudrait pouvoir le plafonner à 33 % du résultat de l’entreprise. »

Retrouvez l’intégralité de l’article sur le site de la Croix.

Tribune Les Echos : Aidez les start-up et les ETI à grandir !

Tribune Les Echos : Aidez les start-up et les ETI à grandir !

LE CERCLE / POINT DE VUE – La richesse entrepreneuriale française se heurte au manque d’ambition des pouvoirs publics pour permettre à nos entreprises de se développer. Il suffirait pourtant de quelques mesures simples.

Notre pays est riche des centaines de créateurs qui chaque jour se jettent dans l’aventure de l’entreprise. Le dynamisme des start-up, TPE et PME atteste du génie entrepreneurial français. D’où vient dès lors que nos entreprises peinent à grandir ? D’où vient que notre tissu économique est frappé de cette singulière anomalie : trois fois moins d’ETI que l’Allemagne et deux fois moins que l’Italie ? L’entrepreneur français manquerait-il d’ambition ? Cette qualité ne fait pourtant pas défaut aux 1.000 dirigeants de PME et d’ETI que fédèrent nos réseaux.
C’est plus volontiers dans le cadre économique du pays que l’on trouve réponse à ces questions…

Retrouvez l’ensemble de la tribune sur le site des Echos

CroissancePlus, l’association des entrepreneurs audacieux

CroissancePlus, l’association des entrepreneurs audacieux

« Créée il y a un peu plus de 20 ans, CroissancePlus ne cesse de grandir et de surprendre. Forte de 350 dirigeants de PME, ETI et start-up, l’association porte haut la voix des entreprises de croissance.

CroissancePlus, c’est 350 entrepreneurs, 13 milliards de chiffre d’affaires cumulé et 120 000 emplois. Au-delà des chiffres, l’association rassemble surtout une communauté d’entrepreneurs partageant des valeurs communes : « Nous faisons une sélection sur l’ambition de croissance démontrée, le leadership et le partage des fruits de la croissance. Les entreprises de toute taille et de tout secteur d’activité peuvent nous rejoindre », affirme Jean-Baptiste Danet, président de CroissancePlus, lors de l’assemblée générale qui s’est tenue jeudi 5 juillet 2018 à Paris. Avec toujours un seul but : créer un écosystème favorable au développement des entreprises de croissance. »

Retrouvez l’article dans son intégralité sur le site du Chef d’Entreprise

 

communauté d'entrepreneurs

Tribune sur la Loi PACTE dans « Chef d’Entreprise »

Tribune sur la Loi PACTE dans « Chef d’Entreprise »

A l’occasion de la présentation du projet de loi Pacte en Conseil des ministres, Jean-Baptiste Danet, président de CroissancePlus, revient sur les mesures en faveur des PME. Pour lui, le gouvernement ne va pas assez loin.

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, a présenté le projet de la loi Pacte. Malgré des avancées notables, ce texte reste en deçà des ambitions initiales. Il a pourtant fait l’objet d’une concertation inédite, à laquelle CroissancePlus a activement participé. Nous pouvions légitimement espérer que seraient retenues des propositions plus audacieuses.

Certes, ne négligeons pas les mesures qui apporteront un bol d’oxygène aux TPE-PME …

Retrouvez l’intégralité de la tribune sur le site de Chef d’Entreprise

Interview de Jean-Baptiste Danet sur la Loi PACTE

Interview de Jean-Baptiste Danet sur la Loi PACTE

LE FIGARO. – Le projet de loi Pacte va-t-il soutenir la croissance économique ?

Jean-Baptiste DANET – Ce texte comporte de bonnes mesures sur les seuils d’effectifs, le guichet unique, les procédures de redressement judiciaire… qui sont susceptibles de soutenir la croissance. Je tiens aussi à souligner la qualité des concertations. Néanmoins, nous restons sur notre faim. On nous promettait une loi pour développer un Mittelstand (tissus allemand de moyennes entreprises, NDLR) à la française, pour faire grandir nos entreprises. Ce n’est pas le cas.

En quoi cet objectif est-il manqué ?

Les mesures principales – et typiquement celles sur les seuils et l’intéressement des salariés – concernent les TPE et les PME, pas les entreprises de plus de 250 salariés. Or ce sont bien ces entreprises qui manquent à l’appel en France, où nous avons un problème à faire croître nos sociétés. Pour y remédier, il faudrait s’attaquer aux difficultés de transmission, de financement et de compétitivité. Le projet de loi Pacte ne le fait pas suffisamment.

Retrouvez l’intégralité de l’interview sur le site du Figaro

 

 

Jean-Baptiste Danet à l’Opinion : « On a un niveau de charges patronales plus important que nos voisins, qui pèse sur la productivité

Jean-Baptiste Danet à l’Opinion : « On a un niveau de charges patronales plus important que nos voisins, qui pèse sur la productivité

Lors de son discours au 42e congrès de la Mutualité française à Montpellier, Emmanuel Macron n’a pas annoncé de virage social, pourtant attendu par une partie de sa majorité. « Ce qui a été annoncé hier est assez conforme à la pensée du chef de l’État », juge Jean-Baptiste Danet. « Ce qui est intéressant, c’est cette volonté ferme de remettre les gens à l’emploi », continue le président de CroissancePlus.

Retrouvez l’interview de Jean-Baptiste Danet à L’Opinion