Menu

1er réseau d'entrepreneurs de croissance

engagés pour libérer l'économie et favoriser la croissance des entreprises

Formation professionnelle : CroissancePlus propose une refonte totale

Les 350 entrepreneurs de CroissancePlus qui représentent plus de 130 000 salariés font le triste constat que la formation professionnelle dont ils ont un impérieux besoin ne fonctionne pas.

Le système actuel est trop complexe avec plus de 62 000 organismes de formation professionnelle agréé, illisible pour les entreprises et extrêmement couteux pour le contribuable.

Les formations proposées correspondent rarement aux attentes et s’adressent concrètement à ceux qui en ont le moins besoin. Elles sont cloisonnées à des logiques de branches, et leur structure de coût est exorbitante et opaque.

La pédagogie dispensée ignore le potentiel d’innovation de la révolution numérique. Ainsi, en dépit d’un budget considérable de 32 milliards d’€, la formation professionnelle ne parvient à former convenablement ni les salariés, ni les demandeurs d’emplois.

Etant donné la volonté et la nécessité d’offrir à leurs salariés des formations utiles et adaptées, mais aussi la responsabilité sociétale qu’ils veulent avoir vis-à-vis de ceux qui sont loin de l’emploi, les entrepreneurs de CroissancePlus proposent de réformer radicalement, et rapidement la formation professionnelle, par des mesures simples et concrètes :

1) Simplifier drastiquement l’organisation de la formation professionnelle :

a) Limiter le nombre de structures intermédiaires entre le demandeur de formation professionnelle, l’entreprise et le centre de formation.

b) Simplifier et clarifier les modalités d’homologation d’une formation professionnelle, en prenant en compte prioritairement le critère d’utilité pour le bénéficiaire, qu’il soit actif occupé ou demandeur d’emploi.

c) Rendre la formation professionnelle partiellement « transbranche », car les besoins des entreprises vont au-delà de leur branche de rattachement.

2) Clarifier le financement de la formation professionnelle pour une meilleur efficacité.

a) Le collecteur des fonds doit clarifier les sommes collectées, leur utilisation et les frais de gestion afférents.

b) L’entreprise et le salarié doivent avoir un crédit de formation professionnelle comptabilisé en euro et non en heures.

c) L’entreprise doit pouvoir consulter facilement et instantanément le budget formation dont elle dispose.

3) Supprimer le délai d’accès à la formation pour les demandeurs d’emplois

a) Actuellement le délai entre l’inscription à Pôle emploi et l’accès à la formation professionnelle est en moyenne de 7 mois.

4) Généraliser une offre de formation en ligne qualifiante et diplômante

a) Aujourd’hui, la formation professionnelle est majoritairement présentielle. Il serait envisageable de généraliser des formules mixtes, qui allient un coaching présentiel et un apprentissage en e-learning.

b) Toute formation professionnelle qui permettant de passer un examen national devrait être pris en charge, tant que le taux de réussite est supérieur à 75%.

c) Les formations par l’intermédiaires de plateformes numériques doivent être éligibles au financement, sans pour autant imposer la mise en place de classes virtuelles qui ne sont qu’une survivance inefficace d’un modèle de formation présentiel.

d) L’entreprise ne doit plus être sanctionnée si un salarié se forme via une plateforme en dehors de ses heures de travail.

Ces propositions issues du « vécu » des entrepreneurs de CroissancePlus ont l’ambition de permettre aux français d’accéder à un marché du travail en perpétuelle mutation et de pouvoir s’y maintenir.

Contact presse : Isabelle d’Halluin Communication 06 03 00 88 48 / idhalluinpresse@gmail.com
http://www.croissanceplus.com

Share This: