Retour sur le workshop du 8 décembre animé par Guillaume Cornu et Philippe Héry Associés chez EY, partenaires de CroissancePlus.

 

Repérer et traiter les signaux d’alerte d’une entreprise sous tension

Quand une entreprise connaît une passe difficile, deux questions se posent : quels leviers activer pour améliorer la rentabilité d’une manière générale et surtout, comment gérer la situation de tension et favoriser le retournement indispensable à la pérennité de l’entreprise ?

Que je détecte des signaux faibles dans mon entreprise ou que j’envisage de reprendre une entreprise en difficulté, comment puis-je réconcilier des dynamiques qui semblent antinomiques et dont la combinaison permettrait pourtant de relancer la machine sur le long terme ?

Comprendre le dirigeant

Le chef d’entreprise reste l’acteur principal car il vit l’entreprise au quotidien. Cependant, 3 facteurs peuvent altérer son analyse :

  • Négliger les signes avant-coureurs des difficultés, qui peuvent certes directement apparaître dans l’entreprise (tensions de trésorerie par exemple) mais également être révélés par une position de repli/retrait de l’environnement de celle-ci (fournisseurs, banques,…).
  • Avoir une tendance naturelle à l’optimisme
  • Ne pas disposer de tableaux de bord permettant un suivi de l’activité et de la trésorerie

Quelles que soient les difficultés, il est indispensable de prendre en considération la situation personnelle et psychologique du dirigeant qui ont souvent une incidence non négligeable : démotivation, sûretés personnelles ou réelles, endettement personnel,…

Analyser le contexte : les questions à se poser 

 

Environnement de l’entreprise

  • L’entreprise intervient-elle sur un secteur considéré « en difficulté » ?
  • Des procédures d’alerte ont-elles été initiées : CAC, CE, Pdt TC,… ?
  • Un conflit d’actionnaires a-t-il été perçu ?
  • Les banques adoptent-elles une attitude restrictive : réduction de lignes / de garanties / de factoring / refus de renouvellement ?
  • Les interlocuteurs bancaires ont-ils changés ?
  • Les assureurs crédits sont-ils entrés en contact avec l’entreprise, ont-ils adopté une position de repli ?
  • Le management a-t-il récemment changé ?
  • Y a-t-il eu des mouvements sociaux récemment ?

 

Performance

  • La société est-elle confrontée à un resserrement progressif des marges ; notamment une course aux volumes vs prix ?
  • Quelle est l’évolution récente du carnet de commandes ?
  • L’activité est-elle très exposée au cours de matières premières ?
  • Existe-il des activités déficitaires ? Si oui, des mesures sont-elles envisagées ?
  • Toutes les activités ont-elles une cohérence avec la stratégie du Groupe (« danseuses ») ?
  • Y a-t-il eu un changement récent d’ERP ?

 

Trésorerie / Financement

  • L’entreprise bénéficie-t-elle de financements « à risque » (Credoc, cautions, lignes non confirmées,…) ?
  • De quels outils dispose la société pour anticiper d’éventuelles tensions de trésorerie ? Si oui, à quel horizon ?
  • La société est-elle confrontée à une dégradation progressive de sa structure bilancielle (CT vs MLT) ?
  • Est-ce que l’on constate une dégradation de la « performance BFR » ?

Traiter les difficultés : la démarche

L’approche à mettre en œuvre peut être synthétisée en 3 grandes étapes. Idéalement, l’entreprise devra pouvoir se faire accompagner et conseiller par une équipe spécialisée, qui pourra lui faire bénéficier de son savoir-faire et de l’indépendance nécessaire à la réussite du retournement.

EY et les Entrepreneurs

Au cours du développement de leur société, les dirigeants font face à de nombreux enjeux : assurer le financement, conquérir de nouveaux marchés, optimiser l’organisation, gérer les risques, saisir les opportunités à l’international… Les plus performants font la différence dans la manière dont ils abordent les grands défis auxquels ils sont confrontés. Etre naturellement aux côtés des entrepreneurs, c’est aider les dirigeants à relever ces défis. Organisateur du Prix de l’Entrepreneur de l’Année dans 60 pays et depuis 25 ans en France, EY dispose d’un point de vue privilégié sur l’écosystème au sein duquel les entreprises évoluent. Son observation assidue nous permet de tirer des enseignements pour l’ensemble de la sphère entrepreneuriale française, que nous partageons au quotidien avec nos 4 000 clients Entrepreneurs. 

Guillaume Cornu,

Associé EY responsable Growth Markets EMEIA

+33 1 55 61 00 61

Guillaume.cornu@fr.ey.com

 

Philippe Héry,

Associé EY Restructuring

+33 1 55 61 00 62 / 02 51 17 50 99

Philippe.hery@fr.ey.com