#AdherentCplus : découvrez Chrystele Gimaret, CEO ARTUPOX INTERNATIONAL

#AdherentCplus : découvrez Chrystele Gimaret, CEO ARTUPOX INTERNATIONAL

Chez CroissancePlus, ce sont 350 entrepreneurs français qui créent des emplois et se développent en France et à l’international. Focus sur ces entrepreneurs et leurs secrets pour continuer à croître.

Chrystele Gimaret est CEO de ARTUPOX INTERNATIONAL, spécialisée en nettoyage de bureaux, de chantiers ainsi que dans le nettoyage événementiel.

 

1. Quel est le service/produit innovant de votre entreprise ?

Nous proposons des solutions de NETTOYAGE ÉCOLOGIQUE, sans durée d’engagement, avec forte dimension RSE et DD. Nos agents interviennent en présence du client – travail de jour. Réservé aux entreprises.

Nos 3 Départements sont :

  • Clean Office (nettoyage de bureaux)
  • Clean Chantier (tri sélectif in situ sur le chantier, en présence des équipes de travaux et du Maitre d’ouvrage)
  • Clean Event (Montage/ exploitation / démontage des salons événementiels Porte de Versailles/ Le Bourget / Villepinte )

Un dé connecté permet à nos clients et nos agents de communiquer par un simple clic sur la face concernée (une action/face).

Nous sommes la seule agence de propreté sans pots d’échappement et nous gagnons (presque) tous les Trophées et Prix de RSE.

Nous officions à Paris, Stockholm et Copenhague.

2. Votre fierté en tant qu’entrepreneur ?

J’ai deux fiertés :

La 1ère est de fournir d’excellentes conditions de travail à mes 128 salariés. Notre turn-over est inférieur à 1% lorsqu’il atteint 45% chez nos concurrents.
La seconde est d’avoir été décorée par le Ministère de l’Écologie (Ordre National du Mérite).

3. Une erreur qui vous a fait grandir ?

Pour mon premier Salon, j’étais tellement fière d’avoir signé mon premier gros client, que je n’ai pas osé demander d’acompte. Résultat 17K€ d’impayé ! On apprend très vite avec ce genre d’incident…

4. Votre idée de réforme pour faciliter la croissance des entreprises françaises ?

La première préoccupation des entrepreneurs c’est le recrutement. Leur seconde préoccupation, c’est de s’engager avec des collaborateurs dont ils ne pourront pas se séparer en cas de difficultés, de baisse d’activité. Certaines entreprises préfèrent même refuser des commandes ! Il faut donc lever tous les freins pour permettre l’embauche tout en assouplissant la législation. Le droit du travail doit coller à la réalité économique des entreprises. Un contrat de travail unique peut apporter une réponse.
Il faudrait aussi permettre à des publics éloignés de l’emploi d’y venir plus facilement. C’est le cas des réfugiés : l’insertion dans la société par le travail est essentielle (cf. le plan annoncé récemment par le Gouvernement).

5. Pourquoi avoir adhéré à CroissancePlus ?

Déjà pour faire partie d’une belle équipe dont les synergies ne demandent qu’à être révélées.
Aussi pour être force de proposition sur les sujets RSE et économie circulaire.
Enfin, et c’ est ma plus grande motivation, rendre ce que Croissance m’apporte, du moins une partie car CroissancePlus m’apporte TELLEMENT !

 

Trajectoire du Financement : ICO et crypto-monnaie

Trajectoire du Financement : ICO et crypto-monnaie

Blockchain, ICO, crypto-monnaie, token… Pour comprendre la réalité économique derrière ces mots, les entrepreneurs de CroissancePlus ont accueilli Pierre Paperon qui, avec Solid, apporte son expertise sur la blockchain et la mise en place d’ICO, et Vidal Chriqui de BTU (Booking Token Unit) Protocol, qui révolutionne le marché de la réservation en ligne grâce à sa nouvelle monnaie « token BTU ».

Leur expérience a permis de répondre à de nombreuses questions pratiques que se posent les entrepreneurs : potentiel économique des ICO, nouvelles opportunités de financement pour un projet entrepreneurial, multiplicité des applications et des usages, relations avec les investisseurs, sécurité et traçabilité des échanges…

 

Transmission de PME : la France en retard

Transmission de PME : la France en retard

Le président de CroissancePlus, Jean-Baptiste Danet, invite à suivre les exemples allemands et italiens pour soutenir l’emploi.

Le gouvernement a tort, dites-vous, de ne pas s’attaquer à la transmission des PME.

Sur l’essentiel, nous partageons les grandes lignes du projet de loi Pacte (croissance des entreprises). Mais il ne s’attaque pas aux droits de transmission, spécificité française. 70 DOO entreprises seront à transmettre dans les dix ans. En Allemagne, 55 % des PME et Eli (entreprises de taille intermédiaire) sont transmises. Ce pourcentage monte à 73 % en Italie contre 17 % en France. En ne facilitant pas la transmission, on fragilise l’emploi, les territoires et on accentue la désindustrialisation.

Pourquoi la règlementation actuelle fait-elle peser une menace sur l’emploi ?

Prenez une entreprise valorisée 150 millions d’euros. Si vous la transmettez, vous allez payer entre 15 et 25 millions d’euros. Ou trouver cet argent ? En augmentant les dividendes et en appauvrissant l’entreprise ou en faisant le choix de vendre. Nous avons évalué que cette taxation représente 4 DOO emplois ou des investissements industriels différés.

Mais la transmission d’entreprise fait déjà l’objet d’une exonération de 75 %. Ce serait un nouveau cadeau fiscal pour les plus aisés.

En portant cette exonération à 90 %, cela représenterait un manque à gagner pour l’État de 100 à 110 millions pour l’État. Mais ce qu’il faut voir, c’est la possibilité de conforter le tissu industriel français. La France a créé l’an dernier 4 500 emplois dans l’industrie contre 250 DOO pour l’Allemagne.

#AdherentCplus : découvrez Anne-Charlotte Fredenucci, Présidente AMETRA Group

#AdherentCplus : découvrez Anne-Charlotte Fredenucci, Présidente AMETRA Group

Chez CroissancePlus, ce sont 350 entrepreneurs français qui créent des emplois et se développent en France et à l’international. Focus sur ces entrepreneurs et leurs secrets pour continuer à croître.

anne-charlotte-fredenucci

Anne-Charlotte Fredenucci, Présidente d’AMETRA Group répond à nos questions. AMETRA Group développe des projets innovants, en s’appuyant sur une expertise multi métiers et une convergence des technologies.

1. Quel est le service/produit innovant de votre entreprise ?

AMETRA est une ingénieriste mécanique électrique et électronique, mais aussi un intégrateur de produits industriels. Nous pouvons concevoir, fabriquer ou concevoir et fabriquer des équipements, des produits, des sous-systèmes, pour les grands clients de l’industrie notamment aéronautique.

2. Votre fierté en tant qu’entrepreneur ?

Avoir redressé au milieu de la crise de 2008-2009 un groupe familial créé par mon père, puis l’avoir plus que doublé. Avoir réembauché des salariés que j’avais dû licencier lors d’un plan social malheureusement rendu nécessaire par la situation économique de l’entreprise.

3. Une erreur qui vous a fait grandir ?

Avoir presque embauché un Directeur Général qui avait de mauvaises valeurs : il était compétent mais macho, peu respectueux des autres. Heureusement, je me suis ravisée à temps ! En tant qu’entrepreneur, c’est à nous de monter le compas moral aux équipes, sinon, il n’y a plus de limite… Depuis, AMETRA a pris de nombreuses initiatives en matière de RSE : signer le pacte mondial de l’ONU, devenir mécène d’associations caritatives, financer les projets sportifs de nos salariés…

4. Votre idée de réforme pour faciliter la croissance des entreprises françaises ?

Un incitation fiscale (subvention pour les bons élèves, taxe pour les moins vertueux) pour que les grands groupes emmènent les PME « dans leurs bagages » à l’export : commandes à l’export, aide à l’implantation… Les PME ont souvent besoin d’une première commande pour sortir de l’hexagone et les grands groupes, sans incitation économique, ont du mal à s’engager.

5. Pourquoi avoir adhéré à CroissancePlus ?

Je souhaite porter haut la voix de l’industrie au sein de CroissancePlus et vice-versa ! Avec le mouvement de la Frenchfab, plus personne n’oppose industrie d’une part, et croissance, innovation, création d’emplois et communauté dynamique de l’autre. Il était temps ! Le comité industrie de Croissanceplus s’inscrit complètement dans cette démarche.

Trajectoire digitale : « Monaco fait sa révolution numérique »

Trajectoire digitale : « Monaco fait sa révolution numérique »

Les entrepreneurs de CroissancePlus ont reçu Frédéric Genta, délégué interministériel chargé de la transition numérique de la Principauté de Monaco.

Diplômé de l’ESCP Europe et d’un MBA de la Harvard Business School, ce Monégasque de 36 ans faisait partie de l’équipe de management de Google France où il a exercé diverses responsabilités à Paris et Mountain View. Précédemment Frédéric travaillait chez Amazon et Orange. Il a rejoint la Principauté avec pour mission de faire de Monaco le « showroom mondial du numérique ».

Intervention passionnante pendant laquelle il nous a expliqué comment, avec une équipe de 110 personnes, il met en place les outils essentiels pour que Monaco prenne un virage numérique dans tous les secteurs d’activité : e-learning, coding dans les écoles, e-santé et prise de RDV en ligne, e-administration, développement de la 5G, lancement d’un incubateur-accélérateur (MonacoTech)…