COVID-19 : la contrainte publique doit redevenir l’exception

COVID-19 : la contrainte publique doit redevenir l’exception

Les entrepreneurs de CroissancePlus prennent acte des annonces du Président de la République et accueillent positivement les perspectives positives annoncées.

 

Ils s’inquiètent néanmoins des restrictions et des fermetures administratives qui vont continuer à peser sur de nombreuses entreprises, notamment dans les domaines de la restauration et de l’hôtellerie. Ils alertent le Gouvernement sur le caractère hautement inflammable de ces secteurs d’activité dans lesquels le patrimoine personnel et le patrimoine professionnel sont très souvent imbriqués.

Dans ce cadre, ils appellent le Gouvernement à reconsidérer dès le 15 décembre le maintien des fermetures administratives sur l’ensemble de ces établissements.

CroissancePlus met également en garde les pouvoirs publics sur le désastre économique, social puis politique que créerait toute nouvelle période de confinement. Un retour à des suspensions fortes et prolongées des libertés fondamentales annihilerait la capacité de médiation des corps intermédiaires et menacerait dangereusement notre contrat social et démocratique.

Il est donc plus que jamais nécessaire de garantir le succès de la future stratégie « tester-tracer-isoler » et le respect absolu des gestes barrières.

« Il est temps de dessiner une perspective positive pour ce pays et de faire confiance à la responsabilité de chaque citoyen, et notamment des entrepreneurs. Il faut également garder à l’esprit que l’économie et la société ne supporteront pas un nouveau confinement. Tout doit donc être fait pour garder le cap de la liberté et de la responsabilité. La contrainte publique doit redevenir l’exception. » déclare Thibaut Bechetoille, Président de CroissancePlus

Téléchargez le communiqué de presse.

Thibaut Bechetoille : « Rétablir la liberté et la responsabilité » – Le Figaro

Thibaut Bechetoille : « Rétablir la liberté et la responsabilité » – Le Figaro

TRIBUNE – Le président de CroissancePlus (think-tank d’entrepreneurs) s’alarme de voir tous les commerçants, les entrepreneurs et les citoyens tenus pour des adultes incapables et mis sous tutelle par l’État, fût-ce pour des motifs de santé publique.

 

Le président de CroissancePlus (think-tank d’entrepreneurs) s’alarme de voir tous les commerçants, les entrepreneurs et les citoyens tenus pour des adultes incapables et mis sous tutelle par l’État, fût-ce pour des motifs de santé publique.

Pour la deuxième fois, et probablement pas pour la dernière, nous sommes confrontés à un terrible dilemme: éviter l’embolie hospitalière ou échapper au désastre économique. À nouveau, et avec des aménagements que beaucoup ne comprennent pas, nous choisissons d’éviter la saturation des hôpitaux. Pour entendable qu’il soit, ce choix du gouvernement ne peut occulter l’autre réalité: les torrents de dette publique déversés sur les entreprises et salariés ne parviendront pas à empêcher le désastre économique et social. Le confinement, quel que soit son degré d’application, est un sabordage collectif qui entraîne déjà des dépôts de bilan, le chômage, notamment pour les jeunes qui arrivent sur le marché du travail, et un accroissement dangereux des déficits publics qui menace à terme de faire imploser le système (…)

Retrouvez l’intégralité de l’article sur le Figaro en cliquant ici.

#Podcast : Fabien Paget, Fondateur de 17 Sport

#Podcast : Fabien Paget, Fondateur de 17 Sport

Parce que le partage d’expérience est dans notre ADN, un entrepreneur vous raconte son parcours et un événement déterminant pour la croissance de son entreprise !

 

Découvrez l’interview de Fabien Paget, Fondateur de 17 Sport, première agence d’impact au monde dans le domaine du sport. Il nous dévoile à travers un témoignage exclusif son parcours d’entrepreneur, enrichi de rencontres et surtout du tournant décisif pour sa carrière… Le jour où tout a basculé. Et il nous parlera également de son livre « Legacy Sport ».

 

Disponible sur Spotify :

Et sur Apple Podcast.

Congés payés : tout le monde est responsable de la survie des entreprises

Congés payés : tout le monde est responsable de la survie des entreprises

Selon la DARES, du 1er mars au 25 mai dernier, 12,9 millions de salariés ont bénéficié du dispositif d’activité partielle mis en place par le Gouvernement, soit près d’1 salarié sur 2 en France. Pour le deuxième confinement, il est encore trop tôt pour se prononcer. Il est certain en revanche que la quasi-totalité des salariés travaillant dans les secteurs fermés administrativement en bénéficient à nouveau.

 

Dans ce contexte, les entrepreneurs sont confrontés à un défi majeur : l’accumulation des congés payés pendant les périodes de confinement. En effet, les périodes d’activité partielle génèrent automatiquement des jours de congés qui devront être payés par l’entreprise, alors que celle-ci s’est retrouvée à l’arrêt pendant toute la période concernée. Cette réalité fait peser deux menaces sur des entreprises déjà à terre :

Premièrement, ces congés vont venir assécher un peu plus des trésoreries d’entreprises déjà largement diminuées. Enfin et surtout, elles font peser le risque d’un départ massif des salariés en vacances au moment de la reprise. Les entreprises devront alors se battre pour générer un maximum de chiffre d’affaires et éviter de déposer le bilan après parfois plus de 4 mois sans aucune rentrée financière.

Face à cette situation extrêmement dangereuse, les entrepreneurs de CroissancePlus appellent le Gouvernement et les salariés à se saisir du sujet pour trouver une solution responsable, tant du point de vue des entreprises que du point de vue des finances publiques. Soit les congés devront être imposés au cours des périodes futures d’activité partielle, soit ils devront être pris en charge par l’Etat qui a décrété le confinement.

« Au cours des prochains mois, de nombreuses entreprises proches du dépôt de bilan ne pourront pas assumer un départ en congé massif et simultané de leurs salariés. Ces congés ont en partie été générés au cours des périodes d’activité partielle. Nous demandons donc aux organisations de salariés et au Gouvernement de trouver rapidement une solution neutre pour les finances de l’entreprise qui prenne en compte le caractère exceptionnel de la situation. La loi actuelle n’a pas été conçue pour la période que nous traversons actuellement. L’heure n’est plus aux faux-semblants mais à la responsabilité collective. Partir en vacances ne servira à rien si les entreprises font faillite » déclare Thibaut Bechetoille, Président de CroissancePlus.

Téléchargez le communiqué en cliquant ici.

Télétravail : laissons de la souplesse aux entreprises

Télétravail : laissons de la souplesse aux entreprises

Alors que les négociations sur le télétravail sont actuellement dans l’impasse, CroissancePlus appelle les partenaires sociaux et le Gouvernement à faire preuve de pragmatisme dans la mise en œuvre du télétravail en évitant de créer de nouvelles normes verticales et inadaptées aux réalités du terrain.

 

Dans la ligne des lois de 2017 et de la décision du Conseil d’Etat du 19 octobre dernier, les entrepreneurs de CroissancePlus souhaitent que les règles applicables continuent à être négociées au niveau de chaque entreprise, dans le respect de l’obligation de protection de la santé des salariés mentionné à l’article 4121-1 du Code du Travail.

Au-delà des règles liées à la pandémie de COVID-19, les entrepreneurs doivent en effet composer avec d’autres contraintes majeures inhérentes à un télétravail massif : isolement des salariés, troubles psychosociaux, difficultés de management ou encore perte du sentiment collectif.

Pour Thibaut Bechetoille, Président de CroissancePlus « Le télétravail est une réponse importante à l’impératif de limitation des interactions sociales. Les entrepreneurs assument donc leur part en mettant tout en œuvre pour généraliser cette pratique. Mais d’autres enjeux sont également sur la table : isolement des salariés par exemple, mais aussi survie de l’entreprise et de son collectif. N’ajoutons pas de la norme à une situation qui est déjà extrêmement périlleuse pour l’existence même des entreprises ».

Téléchargez le communiqué de presse en cliquant ici.