Nos propositions pour réindustrialiser nos territoires !

Nos propositions pour réindustrialiser nos territoires !

Pour faire entendre notre appel urgent à soutenir et développer la compétitivité des entreprises françaises, nous avons donné la parole aux industriels de CroissancePlus.

 

Taxes de production, Small Business Act, respect des délais de paiement, respect des normes européennes, règles de transmission des entreprises, formation… Retrouvez les vidéos de nos entrepreneurs qui formulent des propositions concrètes et pragmatiques.

Retrouvez également notre Tribune Les Echos « Produire de nouveau en France, au-delà des solutions simplistes »

Jean-Marc Barki, Dirigeant de Sealock :

 

Anne-Charlotte Fredenucci, Présidente du Groupe Ametra :

 

Hugues Souparis, Fondateur de Surys :

 

Nathalie Seninck, Présidente de STTS :

 

Laurent Vronski, Directeur Général d’Ervor :

 

Benoit Demol, Président de CODIMAG :

Un entrepreneur, une solution #17 – Hélène Mérillon

Un entrepreneur, une solution #17 – Hélène Mérillon

Nos entrepreneurs ont accepté de partager leur expérience et leurs bonnes pratiques pour vous aider à traverser la crise #GrandirEnsemble.

 

Comment Hélène Mérillon a adapté son offre pour accompagner les entreprises et les familles dans cette période inédite ? Ecoutez son podcast !

 

Disponible sur SoundCloud :

Disponible sur Spotify :

 

Disponible sur iTunes.

 

 

Entreprises : rembourser la « dette Covid » et relancer les investissements

Entreprises : rembourser la « dette Covid » et relancer les investissements

Les salutaires mesures du gouvernement évitent à un maximum d’entreprises le dépôt de bilan, mais elles ne permettront pas d’amorcer la reprise. Thibaut Bechetoille plaide pour un mécanisme d’obligations de très long terme, à un très faible taux, afin que les entreprises puissent rembourser leur « dette Covid »… puis investir.

 

La crise actuelle met les trésoreries de nos entreprises sous tension. Absence de rentrées d’argent, réticence de certains clients à honorer leurs paiements, maintien de nombreuses charges : la situation exige de mobiliser beaucoup de liquidités pour assumer une situation très risquée qui ne pourra pas durer indéfiniment.

Dans cette période difficile, les mesures massives prises par le gouvernement nous permettent de gagner un temps précieux. En permettant l’activité partielle pour de nombreux salariés, l’Etat réduit nos charges salariales et desserre l’étau financier qui se referme sur nous. De l’autre côté, les prêts garantis par l’Etat (PGE) nous offrent également de la souplesse pour assumer les charges que nous ne pouvons pas reporter. Ces dispositions exceptionnelles sont salutaires, et nous saluons ici l’action publique qui est à la mesure de l’urgence économique.

Préparer la reprise

Cependant, le corollaire de ces dispositions est simple : notre niveau d’endettement augmente encore davantage, et notre capacité d’emprunt est réduite d’autant, sans pour autant que nos investissements s’accroissent. Le PGE, même s’il bénéficie d’un taux très faible et d’une garantie publique, demeure un prêt bancaire que nous devrons rembourser dans les prochains mois (…)

Retrouvez l’intégralité de l’article sur Les Echos.

Comment faire de cette période de chômage partiel une opportunité pour se former ?

Comment faire de cette période de chômage partiel une opportunité pour se former ?

Trois membres éminents du comité directeur de CroissancePlus expliquent pourquoi il est important d’exploiter utilement ce moment de confinement pour faire gagner ses salariés en employabilité.

 

« Lorsque la crise sanitaire sera finie, il faudra faire redémarrer rapidement l’économie sous peine de connaître une crise économique et sociale de très grande ampleur. Nous, entrepreneurs et salariés, serons moteur de cette reprise. C’est ce qu’a compris le gouvernement en aidant les entreprises à conserver leurs effectifs grâce à la mise en place de mesures de chômage partiel. Pour cela, nous avons besoin de compétences solides pour gagner en efficacité et performance!

Et si cette période permettait même de nous rendre meilleurs ? Et si nous mettions collectivement à profit ce temps de chômage partiel pour nous former ? Et si nous transformions en opportunité cette contrainte qu’est le confinement pour améliorer nos compétences et donc notre performance ? (…)

Retrouvez l’intégralité de l’article sur Le Figaro.