Les entrepreneurs de CroissancePlus, en responsabilité et en solidarité pour traverser cette crise.

Les entrepreneurs de CroissancePlus, en responsabilité et en solidarité pour traverser cette crise.

Face à une crise sanitaire sans précédent, le Président de la République a annoncé des mesures fortes pour limiter la propagation de l’épidémie.

 

Nous appliquerons évidemment toutes les mesures nécessaires pour préserver la santé de nos collaborateurs et de leurs familles.

Cette crise sanitaire a des conséquences économiques catastrophiques et inédites sur l’ensemble du tissu entrepreneurial. Entrepreneurs responsables, nous devons penser à sauver nos entreprises pour maintenir les emplois de nos collaborateurs et préserver la vitalité de nos territoires qui seront les premiers touchés par cette crise.

Au nom de la solidarité nationale, pouvoirs publics, URSSAF, investisseurs, banques, assurances doivent accompagner les entreprises durant cette période.

Ces derniers jours, le Gouvernement avait annoncé une série de mesures d’accompagnement pour les entreprises en difficulté. Hier soir, le Président de la République a confirmé que tout serait mis en œuvre pour éviter les faillites et garantir l’emploi.

  • Des reports de paiement d’échéances sociales et/ou fiscales (URSSAF, impôts)
  • Des remises d’impôts directs au cas par cas
  • Le maintien de l’emploi dans les entreprises par le dispositif de chômage partiel simplifié et renforcé, et mieux indemnisé
  • Un soutien de l’État et de la banque de France pour négocier avec sa banque un rééchelonnement des crédits bancaires
  • La mobilisation de Bpifrance pour garantir des lignes de trésorerie bancaires dont les entreprises pourraient avoir besoin à cause de l’épidémie
  • L’appui au traitement d’un conflit avec des clients ou fournisseurs par le médiateur des entreprises
  • La reconnaissance par l’État du Coronavirus comme un cas de force majeure pour ses marchés publics.

CroissancePlus encourage ses adhérents à recourir autant que possible au télétravail. De nombreux entrepreneurs ont déjà mis en place ce mode de travail pour leurs collaborateurs. Néanmoins, pour ceux dont l’activité ne permet pas de recourir au télétravail – événementiel, services à la personne, hôtellerie, industrie … – et pour les salariés qui devront s’occuper de leurs enfants privés d’école, il est indispensable de trouver des solutions à la hauteur de la situation.

Thibaut Bechetoille, Président de CroissancePlus : « Nous saluons l’équilibre du message du Président de la République ainsi que les mesures pour soutenir l’économie. Nous demandons l’application immédiate de toutes les mesures annoncées ! Elles doivent l’être sans délai et sans complexité administrative, pour que les entreprises puissent s’adapter, éviter les faillites et garantir le maintien des emplois. Pour autant, de nombreuses modalités restent encore à définir et mettre en place, notamment concernant la prise en charge du chômage partiel et les difficultés exacerbées des entreprises de certains secteurs comme l’événementiel, les services à la personne, l’hôtellerie, l’industrie…CroissancePlus est plus que jamais mobilisée pour porter les difficultés des entrepreneurs auprès des pouvoirs publics. »

Les entrepreneurs ont d’inépuisables sources d’agilité, de créativité, d’optimisme, de pugnacité. Ils sauront traverser cette crise en responsabilité pour proposer de nouveaux modèles économiques.

Téléchargez le communiqué de presse.

 

Les entrepreneurs de CroissancePlus, en responsabilité et en solidarité pour traverser cette crise.

La réforme des retraites ne peut pas faire l’objet d’un chèque en blanc !

Les entrepreneurs de CroissancePlus regrettent que la mascarade de débat parlementaire à laquelle nous assistons depuis plusieurs semaines et l’utilisation de l’article 49.3 de la Constitution privent les Français de toute lisibilité sur les mesures proposées pour réformer le régime des retraites.

 

Nous avons toujours soutenu le principe et l’esprit d’une réforme qui prendrait en compte la diversité des parcours professionnels et des mutations du travail, et qui répondrait à l’impératif de simplicité et d’équité.

Sur un sujet aussi majeur pour l’avenir de notre modèle social, le débat au Parlement devait être l’occasion de clarifier le contenu du projet de loi, ses modalités et répondre aux inquiétudes des français.

Malheureusement, à ce jour, l’absence de débat et d’éléments de réponse sur de nombreux points du projet conduisent à nous interroger sur le respect de la philosophie initiale de la réforme. En effet, nombreuses sont les questions qui restent en suspens.

Selon Thibaut Bechetoille, Président de CroissancePlus : « Les entrepreneurs de CroissancePlus sont extrêmement inquiets sur le sujet du financement de la réforme. Nous ne pouvons cautionner l’approbation d’une réforme sans que son financement soit assuré. Aucun projet en entreprise ne pourrait être engagé sans que le budget soit connu et réponde aux objectifs financiers de l’entreprise. Il serait incompréhensible que l’équilibre budgétaire du nouveau système soit assuré par l’augmentation des cotisations qui renchérirait le coût du travail, alors même que celui-ci est déjà le plus élevé des pays de l’OCDE. Ce serait une catastrophe pour l’emploi. »

Rappelons que les retraites représentent 320 milliards d’euros de dépenses annuelles, soit 14% du PIB. La question du financement et du coût de la réforme est donc centrale. Elle n’est pourtant pas traitée dans le projet de loi.

D’autres questions restent par ailleurs sans réponse, notamment :

  • Quelles mesures pour encourager l’employabilité des seniors ?
  • Comment la pénibilité sera-t-elle prise en compte ?
  • Quelle sera la valeur du point et quelles seront les modalités de son évolution ?

Sans débat précis et clair, sans attendre les conclusions de la conférence de financement, et alors même que le niveau des dépenses publiques est alarmant, les entrepreneurs de CroissancePlus déplorent que la réforme des retraites fasse l’objet d’un chèque en blanc !

Téléchargez le communiqué de presse.

Ouverture des candidatures au prix les « Victoires de la Croissance » 2020 !

Ouverture des candidatures au prix les « Victoires de la Croissance » 2020 !

Après avoir récompensé l’entreprise 2CRSI Scale-Up 2019, CroissancePlus, KPMG France, BNP Paribas et Le Figaro, lancent la 5e édition du prix les « Victoires de la Croissance » – Scale-Up Awards. Les Victoires de la Croissance s’adressent à des entreprises de tous secteurs qui ont confirmé leur business model et qui, grâce à l’innovation notamment, ont connu, sur les dernières années, une forte accélération de leur activité (passage en mode « scale-up »).

 

 

Plusieurs critères seront retenus pour désigner les lauréats :

  • Être une société française indépendante (l’entreprise ne peut être filiale d’un groupe ou détenue de manière majoritaire par une entité tierce)
  • Avoir un chiffre d’affaires supérieur à 10M€ sur le dernier exercice clos
  • Avoir une croissance annuelle moyenne de +10% du chiffre d’affaires sur les trois derniers exercices clos
  • Avoir une croissance continue des effectifs sur les trois derniers exercices clos
  • Avoir des capitaux propres positifs sur les trois derniers exercices clos.

Un jury d’experts sélectionnera cinq finalistes qui seront invités à venir pitcher lors de la cérémonie de remise des prix le 30 juin prochain !

Les membres du jury de l’édition 2020 des « Victoires de la Croissance » sont :

  • Thibaut Bechetoille, Président de CroissancePlus
  • François Bloch, Directeur général de KPMG France
  • Alain Breffeil, Directeur de la clientèle Entreprises de la banque de détail BNP Paribas France
  • Bruno Jacquot, Rédacteur en chef au Figaro Économie
  • Alain Wilmouth, Co-fondateur de 2CRSI et lauréat des Victoires de la Croissance 2019
  • Angélique Eriksen, Fondatrice d’Egg Event
  • Anne-Charlotte Fredenucci, Présidente du Groupe Ametra
  • Delphine Inesta, Directrice Générale d’Arcole Industries

Le dépôt des candidatures est possible jusqu’au 27 avril.

Pour Le Figaro, cet engagement dans les « Victoires de la Croissance » s’inscrit dans le suivi de l’actualité entrepreneuriale à la fois dans Le Figaro économie et ses suppléments tels que Le Figaro Entrepreneurs. Il s’agit à fois de témoigner du dynamisme et des bonnes pratiques des PME et ETI.

 « Depuis 20 ans les entrepreneurs de CroissancePlus se mobilisent pour favoriser un écosystème propice à l’audace et à la croissance des entreprises. Avec les Victoires de la Croissance en partenariat avec KPMG, BNP Paribas et le Figaro, nous souhaitons valoriser la croissance de nos pépites entrepreneuriales et accompagner leur changement d’échelle pour faire de la France un pays de scale-up ».Thibaut Bechetoille, président de CroissancePlus.

« BNP Paribas se réjouit de s’associer pour la deuxième fois aux Victoires de la Croissance, le prix qui célèbre ces entreprises françaises qui excellent dans l’hyper-croissance, grâce à leur innovation technologique et leur essor à l’international. Quel que soit leur statut (start-up, PME, ETI), elles méritent d’être honorées comme des modèles par leur contribution à la croissance du PIB et à la création d’emplois dans notre pays. Ce partenariat trouve tout son sens par rapport à notre engagement d’accompagner les entreprises dans tous leurs projets de transformation et de soutenir leur développement ». Alain Breffeil, directeur de la clientèle Entreprises de la banque de détail de BNP Paribas en France.

 « Nos entreprises ont besoin de modèles d’hypercroissance inspirants pour grandir. Nous devons absolument encourager ces profils et les valoriser auprès de l’écosystème entrepreneurial français et international. Les Victoires de la croissance valorisent, les dirigeants ayant une vraie vision à long terme de leur croissance et des facteurs clefs de succès nécessaires au développement de l’entreprise ». François Bloch, Directeur général de KPMG France. 

Téléchargez le communiqué de presse.

Retrouvez le dossier du Figaro Entrepreneurs sur l’hypercroissance.

« Coup d’envoi pour les Victoires de la Croissance 2020 » – Le Figaro Economie 

« 2CRSI élue Scale-Up 2019 par les entrepreneurs de croissance » – CroissancePlus

Les entrepreneurs de CroissancePlus, en responsabilité et en solidarité pour traverser cette crise.

Félicitations aux membres de CroissancePlus, lauréats du French Tech 120 !

CroissancePlus, le premier réseau français des entrepreneurs de croissance, est fier de voir figurer 3 de ses membres parmi les 120 start-up françaises en hypercroissance sélectionnées :

 

Cette promotion du FrenchTech120 compte également 18 candidats et finalistes des « Victoires de la Croissance », le prix créé par CroissancePlus en partenariat avec KPMG, BNP Paribas et le Figaro et qui récompense chaque année les entreprises en hypercroissance.

CroissancePlus salue l’ambition du Gouvernement visant à accompagner les entreprises innovantes et technologiques et ainsi à faire de la France un pays de licornes à la hauteur de la capacité d’innovation du pays.

Les « Victoires de la Croissance » portent la même ambition !  Les candidatures pour la nouvelle édition seront ouvertes à compter du 3 février 2020 pour mettre en lumière l’entreprise qui a réalisé la plus belle croissance !

Téléchargez le communiqué de presse.

Les entrepreneurs de CroissancePlus, en responsabilité et en solidarité pour traverser cette crise.

Modernisons le régime des retraites pour un système plus universel

A quelques jours de la présentation du projet de loi de réforme des retraites en Conseil des Ministres, les entrepreneurs de CroissancePlus considèrent qu’une telle réforme est nécessaire pour mettre fin à un régime vieillissant, complexe et injuste qui ne prend pas en compte la diversité des parcours professionnels et les mutations du travail.

En effet, comme le rappelle Emmanuel Grimaud, fondateur de simul-retraite.fr, membre de CroissancePlus : « Aujourd’hui, chaque français est en moyenne assujetti à 3 régimes de retraites différents en raison de la diversité des métiers qu’il a pu exercer pendant toute sa carrière. A chaque instant d’une carrière, un changement, une décision, un projet peuvent avoir une conséquence négative et faire perdre des dizaines de milliers d’euros à un actif, sans même qu’il s’en rende compte. Aujourd’hui, 1 euro cotisé n’ouvre pas les mêmes droits selon le régime : salariés du privé, fonctionnaire, salarié de la RATP, de la SNCF, des IEG, avocat…etc. Certains régimes ont un taux de rendement deux à trois fois plus important que d’autres. De plus, le système actuel est particulièrement défavorable aux carrières hachées, les femmes en étant les premières victimes. »

L’universalité est le moyen de parvenir à un système plus simple et plus équitable dans lequel le critère de pénibilité doit être préservé et amélioré pour être lisible et simple dans son évaluation.

En tant qu’entrepreneurs, l’universalité nous apparaît également comme une opportunité pour favoriser la liberté et l’audace dans les évolutions de carrière ; un salarié pourra passer du public au privé, du salariat à l’entrepreneuriat et inversement, sans crainte que sa prise de risque ait un impact négatif sur le montant de sa retraite.

Dans une société où le lien inter-générationnel doit être préservé, les entreprises ont besoin des seniors pour transmettre leurs compétences et leur expérience aux plus jeunes. Les entrepreneurs de CroissancePlus insistent donc pour que le débat ouvre une réflexion sur l’employabilité des seniors. Les efforts récents en matière de formation tout au long de la vie permettront aux collaborateurs d’évoluer professionnellement et ainsi de mieux accompagner les mutations du travail. L’employabilité des seniors ne peut qu’en bénéficier.

Les assouplissements proposés par le Gouvernement pour chaque régime spécial sur la date d’application de la réforme retarderont certes l’application de l’universalité mais l’objectif sera atteint à moyen terme, tout en laissant aux régimes concernés le temps de s’adapter.  Le retrait de la mesure sur l’âge pivot dans le cadre de la concertation avec les partenaires sociaux est une bonne décision sans pour autant remettre en cause la philosophie de la réforme.

Toutes ces mesures issues de la concertation sont de nature à apaiser. Nous en appelons donc à la responsabilité de chacun pour mettre fin au mouvement social qui continue à bloquer notre économie et qui a des conséquences dramatiques sur les entreprises et leurs salariés.

Pour Thibaut Bechetoille, Président de CroissancePlus : « Nous saluons la philosophie de la réforme qui tend vers un système universel plus équitable qui encourage la prise de risque et impulse la liberté et l’audace dans les parcours professionnels. Les entrepreneurs étant déjà les principaux contributeurs de notre modèle social, toute augmentation du cout du travail serait dangereuse pour l’emploi et pour  la croissance de nos PME et ETI. Nous serons vigilants quant aux conclusions de la conférence de financement qui doit garantir l’équilibre financier du régime.. »

« Les idées reçues sur la réforme des retraites » par Emmanuel Grimaud bientôt disponible sur le site de CroissancePlus.

Téléchargez le communiqué de presse.

Les entrepreneurs de CroissancePlus, en responsabilité et en solidarité pour traverser cette crise.

Stop au blocage de l’économie !

Grèves : quelles conséquences pour les entrepreneurs de CroissancePlus et leurs salariés ?

Si la liberté d’expression et le droit de grève doivent être garantis, ils ne peuvent porter atteinte à la liberté d’entreprendre et de travailler !

Alors que le Premier Ministre vient d’annoncer les mesures retenues pour la réforme des retraites, le climat social ne s’apaise pas et les blocages de l’économie continuent. Les entreprises et leurs collaborateurs sont pris en otage. Au-delà des chiffres, il y a une réalité humaine que l’on ne peut nier.

Après une semaine de grève, les conséquences sur les PME et ETI de CroissancePlus sont préoccupantes. Voici quelques exemples factuels et malheureusement non exhaustifs partagés par nos entrepreneurs…

 

Jean-Bernard Falco, Paris Inn Group (hôtellerie)

Baisse de 30% du chiffre d’affaires, soit une perte nette de 600 000 € à J+7.

 

François Bergerault, L’Atelier des Chefs (évènementiel)

1 jour de grève = 20.000€ de perte de chiffre d’affaires, soit une perte de 140.000€ au bout d’une semaine.

 

Florent Dargnies, 4 roues sous un parapluie (évènementiel)

20 à 25 % d’évènements en moins sur cette période pour cause d’annulations. Pas de nouvelles réservations à court terme.

 

Guillaume Richard, Groupe OuiCare (services à la personne)

15 000 heures de prestations perdues soit 350 000 € de perte de chiffre d’affaires à J+6.

 

François Pelen, Groupe Point Vision (centres d’ophtalmologie)

Annulations de rendez-vous = Baisse de 30% du chiffre d’affaires, 20 000 € de pertes par jour, soit 120.000€ à J+6. Sans compter les patients qui renoncent à prévoir un rendez-vous compte tenu de l’incertitude sur la durée des grèves : 800 prises de rendez-vous en moins par rapport à la semaine précédente.

 

Areeba Rehman, MyBoxMan (plateforme de livraison collaborative)

60% de livraisons en moins.

 

Adrien Gazeau, Bio Culture (livraison de paniers bio)

Bien qu’un maximum de livraisons ait été effectuées avant le 5 décembre par anticipation, la première semaine de grève représente 20% de perte de chiffre d’affaires sans compter la baisse du nombre de commandes pour les semaines à venir.

 

Alexandre Pham, Mister’Temp (agences d’interim)

En Île-de-France, le volume de recrutements en intérim a baissé de 5 à 10% en une semaine, soit 100 à 200 emplois concernés.

 

Les entreprises dans le commerce ou la logistique sont particulièrement impactées.

Nos entrepreneurs soulignent que l’impact sur le chiffre d’affaires pourra s’étendre au-delà du mouvement. Pour Tanguy Desandre, Ma Place En Crèche : « Nous ne constatons pas de perte immédiate. Pour autant, faute de pouvoir réaliser des ventes au mois de décembre, notre chiffre d’affaires risque d’être impacté sur le premier trimestre 2020 ».

Les collaborateurs sont les premiers à subir ces grèves :

  • Perte de revenus

Si le télétravail est possible dans certains secteurs et pour certains postes, ce n’est pas possible dans l’événementiel, la logistique et les services à la personne. Les assistantes maternelles, intervenants en ménage et auxiliaires de vie qui ne peuvent pas se déplacer subissent une perte de revenu sèche. Il en est de même notamment pour les commerciaux et les livreurs.

  • Moindre redistribution des bénéfices en fin d’année
  • Primes de fin d’année remises en cause
  • Difficultés de transport, trajets à pied, fatigue, exaspération.

Nos entrepreneurs saluent le professionnalisme de leurs salariés qui font face à de nombreuses difficultés pour se rendre sur leur lieu de travail, ce qui a des conséquences sur leur vie de famille.

La réforme des retraites est pourtant nécessaire pour mettre fin à un système complexe et inéquitable. Le système actuel n’est plus adapté à la disparité des expériences professionnelles et à la diversité des parcours de vie.

Si la philosophie de la réforme nous semble aller dans le bon sens, il est indispensable qu’elle tienne compte des carrières longues et de la pénibilité de certains métiers. Les entrepreneurs de CroissancePlus insistent pour que le débat ouvre une réflexion sur l’évolution du travail et de la formation tout au long de la vie pour permettre aux collaborateurs d’évoluer professionnellement et de gérer au mieux leur fin de carrière.

Téléchargez le communiqué de presse.

Retrouvez nos communiqués de presse précédents :