Pouvons-nous survivre à un nouveau confinement ? – 2ème édition du Baromètre de crise C+ 360

Pouvons-nous survivre à un nouveau confinement ? – 2ème édition du Baromètre de crise C+ 360

A la veille de probables nouvelles mesures de restrictions économiques et sociales, CroissancePlus publie la deuxième édition de son baromètre de crise 360.

 

Si la situation sanitaire s’aggrave, il apparait également que de nombreux indicateurs économiques et sociaux se dégradent fortement et doivent nous interroger sur notre capacité à supporter de nouvelles mesures de restriction.

Le taux d’épargne des Français n’en finit plus de s’envoler, avec une hausse de 6,5 points depuis le début de l’année 2020, traduisant une hausse inexorable de la défiance face à l’absence de perspectives. De manière conjointe, le climat des affaires évalué par l’INSEE continue quant à lui de baisser, avec -1,6 point entre janvier et février 2021.

En parallèle de ce phénomène de défiance, les grands équilibres budgétaires de notre pays continuent à se détériorer dans des proportions inquiétantes : hausse significative du déficit public (+6,2% entre mars et janvier 2021) et creusement continu de la dette publique, qui atteint désormais 115,6% selon l’INSEE.

Dans les entreprises, les salariés peinent également à supporter la situation de restriction imposée depuis plus d’un an. 74% d’entre eux ressentent le besoin de retourner travailler en présentiel (Odoxa – mars 2021) et 36% d’entre eux affirment souffrir d’une dépression nécessitant un accompagnement (Opinion Way – mars 2021).

Ce mal-être psychologique se retrouve dans l’ensemble de la société, avec 34% des Français présentant des états dépressifs ou anxieux (Santé Publique France – février 2021). Enfin, l’augmentation de 80% des hospitalisations pour raison psychiatrique chez les enfants de moins de 15 ans traduit l’ampleur du problème au sein de notre jeunesse.

Face à ces symptômes sociaux, économiques et sanitaires extrêmement dangereux, les entrepreneurs de CroissancePlus rappellent que toute décision publique doit prendre en compte l’ensemble des données disponibles, et pas exclusivement les données propres à la diffusion du COVID.

« Notre société et notre économie sont extrêmement fragilisées par 1 an de restrictions sans précédent. Bien loin d’être un sujet de confort, l’opposition à un nouveau confinement traduit des réalités graves et préoccupantes. Nous pensons particulièrement aux jeunes qui doivent absolument continuer à aller à l’école pour s’instruire et construire leur avenir » alerte Thibaut Bechetoille, Président de CroissancePlus.

Téléchargez le communiqué de presse.

Téléchargez la deuxième édition du baromètre C+ 360°.

 

Confinement : le Gouvernement doit tenir bon

Confinement : le Gouvernement doit tenir bon

Alors que plusieurs voix s’élèvent pour réclamer un nouveau confinement généralisé, les entrepreneurs de CroissancePlus rappellent qu’une telle option serait catastrophique d’un point de vue économique. Ils soutiennent le Gouvernement dans sa volonté de tout faire pour ne pas reconfiner.

 

Avec plus de 200 milliards d’euros de dette publique supplémentaire cumulée depuis mars dernier, nos finances publiques ne permettent pas de décréter à nouveau un gel de l’économie. A cette dette publique s’ajoute également la dette privée des entreprises qui atteint des records en raison des Prêts Garantis par l’Etat, grevant d’autant les capacités d’investissement pour l’avenir. Enfin, si les couloirs des urgences demeurent remplis, ceux des associations caritatives et de Pôle Emploi connaissent également d’inquiétants records d’affluence.

Au-delà mêmes des aspects purement économiques, tous les indicateurs montrent que la mise sous cloche de notre société depuis 1 an crée aussi de grands désordres sociaux et médicaux qu’il conviendra de résoudre un jour ou l’autre : hausse des dépressions, baisse des dépistages et des consultations de suivi ou encore chute significative de la natalité. La première édition du baromètre 360 de CroissancePlus vient illustrer tous ces domaines qui subissent directement les conséquences de la situation actuelle.

« Dans l’état actuel de la campagne de vaccination, il est clair que le COVID sera très fortement présent dans notre pays pour encore plusieurs mois. Il faut désormais gérer cette donnée et cesser de croire qu’en tuant périodiquement la vie sociale et économique, il sera possible de régler le problème. Le recours au confinement n’évacue pas le virus sur le long terme, mais il crée en revanche des séquelles longues et dangereuses que toute la société, y compris les médecins, devront payer pendant des années. Le Gouvernement doit tenir bon, et chacun doit désormais considérer la situation avec recul, dans sa complexité et dans son ensemble. » déclare Thibaut Bechetoille, Président de CroissancePlus.

Téléchargez le communiqué de presse.

Téléchargez le baromètre 360° CroissancePlus.

Baromètre C+360 : Les décisions politiques ne peuvent pas se prendre uniquement à l’aune des indicateurs Covid

Baromètre C+360 : Les décisions politiques ne peuvent pas se prendre uniquement à l’aune des indicateurs Covid

Les entrepreneurs de CroissancePlus mesurent chaque jour la complexité de la crise sanitaire traversant notre pays. Afin de la prendre en compte dans toutes ses dimensions, ils ont réuni plusieurs indicateurs au sein du baromètre C+360°, divisé en 4 focus thématiques : Global 2020, santé, crise économique & précarité, bien-être psychologique.

Ils souhaitent ainsi participer à une meilleure appréhension de cette complexité et de l’aspect multidimensionnel de cette crise.

La première édition du baromètre C+360° démontre l’urgence d’une prise en compte accrue du moral des Français et de la fragilisation structurelle des entreprises.

Pour Thibaut Bechetoille, Président de CroissancePlus, « il est temps d’élargir notre champ de vision sur la crise sanitaire, dont les effets collatéraux destructeurs sont insuffisamment mesurés »

Télécharger le communiqué de presse.

Télécharger le baromètre. 

Télétravail : les entrepreneurs ont besoin de confiance et d’accompagnement, pas de sanctions

Télétravail : les entrepreneurs ont besoin de confiance et d’accompagnement, pas de sanctions

La Ministre du Travail engage depuis plusieurs jours les entreprises à accélérer la mise en place du télétravail afin de limiter les occasions de transmission du COVID 19.

 

Conscients des enjeux sanitaires et de l’impérieuse nécessité d’éviter un reconfinement, les entrepreneurs de CroissancePlus s’emploient à accélérer la mise en place du télétravail.

Néanmoins, ils alertent le Gouvernement sur les difficultés concrètes que sa mise en place induit. Après plus d’un an de télétravail généralisé, souvent dans l’urgence, de nombreux salariés expriment un profond malaise, voire une détresse liée à l’isolement et à la sédentarité.

Garants de la santé et de la sécurité des salariés au travail, les entrepreneurs ne peuvent pas prendre en compte de manière exclusive la variable de risque d’infection au COVID. Ils sont également comptables de la santé psychologique de leurs salariés.

Aussi, plus que d’une injonction verticale intransigeante, les entrepreneurs ont également besoin de confiance et d’accompagnement pour exercer leur métier de chef d’entreprise avec discernement.

« Le télétravail est un levier majeur de lutte contre l’épidémie, mais il comporte également une part de risque pour la santé des salariés que nous ne pouvons pas ignorer, et notamment la détresse sociale et psychologique. Si le COVID est une composante de la santé, il n’en est pas la seule. Dans cette période compliquée, les entrepreneurs ont besoin de confiance et d’accompagnement plus que de sanctions. » déclare Thibaut Bechetoille, Président de CroissancePlus.

Téléchargez le communiqué de presse.

« Victoires de la Croissance durable » 2021 : les candidatures sont ouvertes !

« Victoires de la Croissance durable » 2021 : les candidatures sont ouvertes !

Après avoir récompensé l’entreprise 2CRSI comme la Scale-Up 2019, CroissancePlus, KPMG France, BNP Paribas et Le Figaro, lancent la 5e édition du prix les « Victoires de la Croissance durable » – Scale-Up Awards. Les Victoires de la Croissance durable s’adressent à des entreprises de tous secteurs qui ont confirmé leur business model, en intégrant des enjeux environnementaux et sociétaux et qui ont connu, sur les dernières années, une forte accélération de leur activité (passage en mode « scale-up »), des entreprises qui allient performance économique et impact.

 

 

Plusieurs critères seront retenus pour désigner les lauréats. Nous nous basons sur la période antérieure à 2020, avant la crise sanitaire :

  • Être une société française indépendante (pas de filiale de groupe, avoir son siège en France)
  • Avoir un chiffre d’affaires supérieur à 10 M€ sur le dernier exercice clos (avant 2020)
  • Avoir une croissance annuelle moyenne de +10% du CA sur les trois derniers exercices clos (avant 2020)
  • Avoir une croissance continue des effectifs sur les trois derniers exercices clos (avant 2020)
  • Avoir des capitaux propres positifs sur les quatre derniers exercices clos (avant 2020)
  • Avoir intégré les enjeux environnementaux / sociétaux dans le projet d’entreprise

Un jury d’experts sélectionnera cinq finalistes qui seront invités à venir pitcher lors de la cérémonie de remise du prix le 29 juin prochain !

Les membres du jury sont :

  • Thibaut Bechetoille, Président de CroissancePlus
  • François Bloch, Directeur général de KPMG France
  • Clotilde Quilichini, Directrice de la clientèle Entreprises Ile-de-France BNP Paribas
  • Anne-Charlotte Fredenucci, Présidente du Groupe Ametra
  • Bruno Jacquot, Rédacteur en chef au Figaro Economie
  • Alain Wilmouth, Co-fondateur de 2CRSI et lauréat des Victoires de la Croissance 2019

Le dépôt des candidatures est ouvert jusqu’au 30 avril.

Pour Le Figaro, cet engagement dans le cadre des « Victoires de la Croissance durable » s’inscrit dans le suivi de l’actualité entrepreneuriale à la fois dans Le Figaro économie et ses suppléments tels que Le Figaro Entrepreneurs. Il s’agit à la fois de témoigner du dynamisme et des bonnes pratiques des PME et des ETI.

 « Depuis 20 ans les entrepreneurs de CroissancePlus se mobilisent pour favoriser un écosystème propice à l’audace et à la croissance des entreprises qui allient performance économique et impact. Avec les Victoires de la Croissance Durable en partenariat avec KPMG, BNP Paribas et le Figaro, nous souhaitons valoriser la croissance de nos pépites entrepreneuriales ambitieuses et responsables, et accompagner leur changement d’échelle pour faire de la France un pays de scale-up ». Thibaut Bechetoille, Président de CroissancePlus.

« BNP Paribas se réjouit de s’associer pour la deuxième fois aux Victoires de la Croissance durable. Quel que soit leur statut (start-up, PME, ETI), ces entreprises méritent d’être honorées comme des modèles par leur contribution à la croissance du PIB et à la création d’emplois dans notre pays. La mise en lumière, dans cette édition, des entreprises ayant intégré les enjeux environnementaux/sociétaux dans leur projet d’entreprise nous conforte dans notre partenariat et rejoint notre démarche d’accompagnement des entreprises dans tous leurs projets de transformation et de développement ». Clotilde Quilichini, Directrice de la clientèle Entreprises Ile-de-France chez BNP Paribas. 

 « Nos entreprises ont besoin de modèles d’hypercroissance inspirants pour grandir. Nous devons absolument encourager ces profils, les valoriser auprès de l’écosystème entrepreneurial français et international et montrer que la croissance et l’impact peuvent aller de pair. Les Victoires de la Croissance durable valorisent les dirigeants ayant une vraie vision à long terme de leur croissance, et les facteurs clefs de succès nécessaires au développement de l’entreprise ». François Bloch, Directeur général de KPMG France.

Téléchargez le communiqué de presse.

Retrouvez toutes les informations sur KPMG.fr 

« Participez aux Victoires de la Croissance durable 2021 » – Le Figaro 

Nouveau confinement : la recommandation des entrepreneurs

Nouveau confinement : la recommandation des entrepreneurs

L’émergence de nouveaux variants plus contagieux du COVID19 et une campagne de vaccination qui, même si elle s’accélère, n’a pas encore un impact indicatif amènent le Gouvernement à envisager un nouveau confinement dur dans les prochains jours. Face à cette possibilité, les entrepreneurs de CroissancePlus tirent la sonnette d’alarme et invitent le pouvoir exécutif à considérer objectivement l’ensemble des conséquences négatives qu’aurait une telle décision.

 

Faute de perspectives et contraintes à nouveau par des fermetures administratives chroniques, les entreprises n’investissent plus, n’embauchent plus, vendent moins et achètent moins. Elles ne peuvent plus remplir leur fonction de créateur et de distributeur de richesse et de travail. Avec une dette privée et publique abyssale et une production en chute libre, la question est simple :  avons-nous objectivement les moyens de reconfiner le pays ? Notre secteur productif pourra-t-il le supporter ?

Confiner drastiquement reviendrait aussi à sacrifier un peu plus une jeunesse déjà fortement mise à l’épreuve. Or, sans investissement privé et sans perspectives offertes à nos jeunes, c’est l’avenir de notre pays que nous menaçons.

Nous invitons donc les gouvernants et leurs conseillers à faire preuve d’une grande prudence dans la priorisation qui pourrait être faite entre « santé » et « économie ».

Pour assurer l’acceptabilité et la pertinence des décisions à venir, les entrepreneurs de CroissancePlus proposent au Gouvernement les quelques principes suivants :

  • Une priorité absolue doit être donnée à la jeunesse. Les écoles et universités doivent autant que possible maintenir leur activité.
  • Les fermetures administratives doivent être limitées au maximum et laisser à la place à des mesures plus fines, décrétées au plus près du terrain. Cela est spécialement valable pour le commerce qui structure des pans entiers de la vie économique et sociale.
  • La liberté et la responsabilité doivent retrouver une place centrale. L’infantilisation ne peut plus durer. Aussi, le principe des auto-attestations doit disparaître rapidement.
  • Enfin, la distinction entre protection de la santé et protection contre le COVID-19 doit être absolument soulignée. Les consultations de cardiologie sont en baisse de 64% sur 1 an. Les dépistages du cancer chutent significativement, entre 5% et 30% sur la même période. Le nombre de dépressions explose, y compris parmi les plus jeunes.

« Face à la troisième vague épidémique, nous devons dépasser le débat qui oppose santé et économie. Après 1 an de crise et de restrictions, nous affrontons désormais des défis beaucoup plus lourds : sacrifice de la jeunesse, dépression collective, remise en cause profonde des décisions publiques… Nous avons le devoir collectif d’être plus réalistes, plus ambitieux et plus créatifs dans notre stratégie de lutte contre la pandémie » déclare Thibaut Bechetoille, Président de CroissancePlus.

Téléchargez le communiqué de presse.