Faites confiance aux entrepreneurs!

Faites confiance aux entrepreneurs!

Thibaut Bechetoille, actuel président de CroissancePlus, et l’ensemble de ses prédécesseurs, signent une tribune forte dans laquelle ils réclament plus de souplesse dans la mise en oeuvre du chômage partiel et plus d’attention sur le dossier sensible des délais de paiement.

 

« Pour nous, entrepreneurs et chefs d’entreprise, la crise que nous traversons représente un moment d’humilité, une démonstration crue et brutale de la fragilité de notre société et des indispensables évolutions de notre modèle. Cette épreuve révèle aussi le pragmatisme, la responsabilité et la résilience des forces économiques de notre nation: entrepreneurs et salariés, nous sommes «l’arrière» dans cette guerre qui nous concerne tous.

L’esprit d’union nationale doit prévaloir, l’heure est à l’action! Partout en France, les exemples se multiplient, qui montrent l’esprit de service et de solidarité de nos acteurs économiques, ainsi que leur capacité à s’adapter et à inventer des solutions nouvelles face à ce contexte inédit. Aujourd’hui plus que jamais, notre pays peut s’appuyer sur une société civile responsable, prête à sauvegarder aujourd’hui et construire demain (…)

Retrouvez l’intégralité de la Tribune sur le site du Figaro en cliquant ici.

Devra-t-on choisir entre une retraite au rabais ou pointer au chômage ?

Devra-t-on choisir entre une retraite au rabais ou pointer au chômage ?

Il est absurde de repousser trop loin l’âge pivot si une majorité des seniors n’ont pas d’activité. Pour éviter qu’ils acceptent une pension décotée ou pointent tout simplement au chômage, faisons de l’emploi des seniors le préalable à la réforme des retraites. Les explications de Thibaut Bechetoille.

 

Entre tensions sociales, guérilla parlementaire et lourdes concessions de l’exécutif, la réforme du système de retraites renvoie l’image d’une grande impréparation. A mesure que la cohérence et la lisibilité de la réforme se réduisent, son acceptabilité, voire sa légitimité se trouvent d’autant affaiblies.

En renvoyant à la conférence de financement la responsabilité de trouver des moyens pour combler le déficit des caisses du système de retraite, le gouvernement prend le risque de pousser les partenaires sociaux dans une impasse en jouant sur leurs antagonismes.

« Il faudrait un report de deux ans pour assurer un équilibre pérenne du régime. »

Pour en sortir, il devra nécessairement se tourner vers des mesures d’âge. Dès 2025, les comptes devront nécessairement être à l’équilibre sur une période de cinq ans. Dans ce contexte, le retour de l’âge pivot semble incontournable. Les évolutions démographiques rendent même tout à fait envisageable un report de l’âge de départ. Selon l’Institut de la protection sociale, il faudrait un report de deux ans pour assurer un équilibre pérenne du régime, voire tendre jusqu’à 65 ans pour assurer un financement durable de la dépendance des personnes âgées (…)

Retrouvez l’intégralité de la Tribune de Thibaut Bechetoille sur le site Les Echos, en cliquant ici.

Devra-t-on choisir entre une retraite au rabais ou pointer au chômage ?

« French Tech : comment transformer l’essai »

Par Thibaut Bechetoille (président de Croissance Plus)Stéphane Boujnah (président du directoire d’Euronext)Thomas Blard (partner chez Avolta Partners). 

 

Les entrepreneurs de la French Tech ont besoin d’investisseurs pour faire grandir davantage les start-up françaises. La Bourse est le meilleur instrument pour cela, surtout dans un contexte de taux bas qui devrait inciter les Français à investir davantage dans les entreprises, et un peu moins dans des placements sans risques mais désormais sans gains.

Les entrepreneurs de la French Tech sont, à juste raison, fiers d’arborer un coq coloré sur le revers de leur veste. Mais à y regarder de plus près, ce gallinacé ne pond pas de très gros oeufs. Selon une récente étude d’Avolta Partners, les sorties françaises (moment où les entreprises sont rachetées ou introduites en Bourse) se font à des prix 10, voire 100 fois moins élevés que ce que produisent nos voisins européens. La banque d’affaires relève que les trois plus grosses sorties françaises entre 2017 et 2019 ont été celles de Teads racheté par Altice pour 285 millions d’euros,  Drivy acquis par l’américain Getaround pour 268 millions d’euros et PeopleDoc payé 260 millions d’euros par un autre américain, Ultimate Software. De beaux succès à l’échelle tricolore mais qui font pâle figure face aux 25 milliards d’euros atteints par le suédois Spotify ou 5 milliards d’euros pour le britannique Farfetch. Et pour ne rien arranger, ces entreprises sont parties se faire coter aux Etats-Unis (…)

Retrouvez l’intégralité de la Tribune sur le site LesEchos en cliquant ici.

 

Thibaut Bechetoille : « Le capitalisme doit se réinventer »

Thibaut Bechetoille : « Le capitalisme doit se réinventer »

Etre plus conquérante, plus juste, savoir chasser en meute façon allemande, ne pas négliger l’opportunité qu’offre la Bourse, faire fi de certains réflexes culturels qui agissent comme des freins… telle doit être l’économie française dit le président de Croissance Plus. Autant d’arguments qui constituent aussi sa feuille de route.

 

Il connaît bien Provence Alpes Côte d’Azur pour avoir effectué une partie de son parcours professionnel au sein de la technopole de Sophia-Antipolis. Désormais à la tête d’Ozon, spécialisé dans les solutions de cybersécurité pour les PME, il est aussi le président de Croissance Plus, ce réseau d’influence qui entend parler à l’oreille des pouvoirs publics et des leaders d’opinion. Un président qui a une certaine idée de ce que doit être l’économie française et qui sert sa feuille de route.

« J’aime beaucoup l’accompagnement des chefs d’entreprises » dit Thibaut Bechetoille.

L’entreprenariat et son écosystème, le président de Croissance Plus le connaît bien, lui qui dès 2008 s’est engagé auprès du Réseau Entreprendre. Un Réseau qui constitue une bonne école et une certaine façon d’encourager la croissance (…)

Retrouvez l’intégralité de la Tribune en cliquant ici.

 

Tribune : « Comment faire entrer la France du 21e siècle dans le temps long ? »

Tribune : « Comment faire entrer la France du 21e siècle dans le temps long ? »

La loi Pacte a profondément rénové les dispositifs d’épargne retraite par la réforme du PER. L’enjeu est maintenant de réussir son lancement, de renforcer la compétitivité de notre économie en améliorant, pour les Français, la performance et l’orientation de notre épargne longue. Par Grégoire Sentilhes (Citizen Entrepreneurs), Thibaut Bechetoille (Croissance Plus), Frédéric Coirier (METI), Geoffroy Roux de Bézieux (MEDEF), Dominique Gaillard (France Invest).

« La force la plus puissante dans l’univers est celle des intérêts composés, qui sont la huitième merveille du monde. Celui qui les comprend, les gagne… Et celui qui ne les comprend pas, les paie. » Albert Einstein

Dans un contexte où les transformations structurelles engagées (droit du Travail, formation…) commencent à porter leurs fruits, la loi PACTE et le PER sont une opportunité unique de réhabiliter la « France du temps long ». L’épargne retraite constitue une formidable opportunité économique, à court et moyen terme, comme source d’investissement dans notre économie, au moment où celle-ci doit investir massivement dans sa transformation digitale, environnementale, santé intelligente, mais aussi créer de la valeur pour les épargnants, créer des emplois, et aussi reconstruire la confiance des Français dans l’avenir (…)

Retrouvez l’intégralité de la Tribune en cliquant ici.

 

« La croissance de nos entreprises encouragée enfin! ». La tribune de France Invest, le METI et CroissancePlus – L’Opinion

« La croissance de nos entreprises encouragée enfin! ». La tribune de France Invest, le METI et CroissancePlus – L’Opinion

Plus de 100 chefs d’entreprise signent une tribune corédigée par France Invest, le METI et Croissance Plus, saluant la politique pro-business du gouvernement.

 

Les faits – Pour France Invest (investisseurs en capital), le Mouvement des entreprises de taille intermédiaire et CroissancePlus, « rares sont les moments dans notre histoire récente où le gouvernement et les parlementaires ont pris des mesures aussi nombreuses pour faciliter le développement économique et social des entreprises françaises ».

Nous le reconnaissons : rares sont les moments dans notre histoire récente, où le gouvernement et les parlementaires ont pris des mesures aussi nombreuses pour faciliter le développement économique et social des entreprises françaises, tout particulièrement en direction des ETI, PME et start-up, principaux moteurs de la croissance et de l’emploi en France.

 

Retrouvez l’intégralité de l’article sur le site de L’Opinion.