TÉMOIGNAGES – Tout allait bien pour eux mais la pandémie et les décisions erratiques du gouvernement ont cassé leur dynamique de croissance. Aujourd’hui, ils demandent de la visibilité et qu’on les laisse travailler en responsabilité.

 

À eux trois, ils ont réalisé près de 300 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2019. Mais ça, comme dit la pub, c’était avant… le Covid-19. Cette année, pandémie oblige, ils n’atteindront pas en effet les 100 millions d’euros en cumulé. Soit trois fois moins et avec une immense interrogation, malgré les aides et le plan d’urgence massif déployé par le gouvernement, pour la survie de l’activité en 2021.

Eux, ce sont Frédéric Bedin, le président du directoire de Hopscotch Groupe, une entreprise de conseil en communication spécialisée dans les relations publiques, l’événementiel, le numérique et le Web social, qui bouclera son exercice 2020 avec 100 millions d’euros de chiffre d’affaires en moins sur un total de 150. C’est aussi Nicolas Bergerault, le propriétaire et fondateur de l’Atelier des chefs, qui propose des cours de cuisine en atelier ou en ligne, et va enregistrer cette année une chute de 80% de son chiffre d’affaires sur la partie Atelier de l’entreprise, qui représente 90% de son activité. Et c’est Jean-Bernard Falco, le président fondateur de la société de gestion hôtelière Paris Inn Group, propriétaire de 35 hôtels essentiellement en France, mais aussi au Portugal et en Chine, qui devrait finir l’année avec un chiffre d’affaires de 25 millions d’euros, contre 120 millions visés en début d’année après des mois de janvier et février 2020 exceptionnels. « Ils représentent des secteurs à l’arrêt avec des chutes de chiffre d’affaires qui peuvent atteindre 90% », dénonce Thibaut Bechetoille, le président de l’association CroissancePlus dont Bedin, Bergerault et Falco sont membres (…)

Retrouvez l’intégralité de l’article sur Le Figaro.fr

Retrouvez également notre communiqué de presse.